•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intégrité des élections canadiennes : Facebook se veut rassurant

Les explications de Fannie Olivier

Pendant deux heures, des représentants de Facebook ont été bombardés de questions de députés fédéraux à Ottawa – tous partis confondus – qui s'inquiètent notamment de l'intégrité du processus électoral au pays.

Un texte de Fannie Olivier

À défaut d’entendre le témoignage du grand patron de Facebook, Mark Zuckerberg, comme ce fut le cas pour les élus américains, les députés canadiens ont dû se contenter jeudi des excuses de Kevin Chan, directeur des politiques publiques de Facebook Canada.

« La situation présumée représente un grave abus de confiance envers nos utilisateurs, et nous en sommes vraiment désolés », s’est repenti M. Chan.

Les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs dans le monde auraient été collectées par la firme Cambridge Analytica sans autorisation et utilisées à des fins politiques.

Étant donné la portée de notre service – plus de 23 millions de Canadiens et deux milliards de personnes à l’échelle mondiale utilisent Facebook chaque mois – nous sommes conscients du rôle que nous jouons dans la vie des gens et savons que nous devons mieux assumer nos responsabilités à cet égard.

Kevin Chan, directeur des politiques publiques de Facebook Canada

Le nombre de Canadiens touchés par cette affaire s’élèverait à plus de 622 000, selon les estimations du réseau social. Le processus pour aviser les utilisateurs touchés est en cours, mais M. Chan a convenu qu’ils auraient dû être alertés depuis longtemps. En effet, l'entreprise était au courant de la brèche depuis 2 ans.

Le nombre d’utilisateurs touchés au pays est tel que si ces données tombaient entre de mauvaises mains, cela aurait le potentiel d’influencer les élections canadiennes, a prévenu cette semaine le commissaire à la vie privée Daniel Therrien, qui mène une enquête sur le scandale Cambridge Analytica.

Les députés se sont d’ailleurs dits préoccupés par l’intégrité des prochaines élections générales. Par le passé, Facebook s’est fait montrer du doigt pour avoir manqué de vigilance, permettant à certains acteurs d’influencer l’issue d’élections en faisant circuler de fausses nouvelles.

M. Chan a voulu se faire rassurant.

« Nous devenons meilleurs pour identifier les faux comptes et les fermer de façon proactive, a-t-il signalé. Si vous regardez les élections subséquentes aux présidentielles américaines – les élections françaises, allemandes et, plus récemment, italiennes – nous avons été capables d’identifier des dizaines de milliers de faux comptes et de les fermer [de manière proactive]. »

En visite à Londres, Justin Trudeau a fait valoir que les réseaux sociaux avaient des responsabilités.

Nous nous attendons à ce que les géants du web prennent des mesures plus robustes pour protéger nos citoyens.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Il n’a pas écarté l’idée de renforcer la protection des données personnelles par une loi, comme l’a décidé l’Union européenne.

« Nous sommes en train de travailler sur la protection de notre processus démocratique, et je suis toujours ouvert à regarder ce que nos amis et nos alliés sont en train de faire », a-t-il indiqué.

Lobbying

Le député néo-démocrate Charlie Angus a par ailleurs talonné M. Chan afin de comprendre pourquoi son nom ne figurait pas dans le registre des lobbyistes, même s’il a eu de nombreuses rencontres avec des ministres du gouvernement Trudeau depuis leur arrivée au pouvoir à Ottawa.

M. Chan a commencé par signaler que cela n’était pas requis, mais devant l’insistance du député, il a fini par concéder qu’il allait étudier cette possibilité.

Par ailleurs, Robert Sherman, directeur adjoint de la protection des renseignements personnels de Facebook, qui comparaissait par vidéoconférence, a indiqué que le contenu de messages privés envoyés par le système de messagerie du réseau social pourrait également avoir été partagé sans autorisation.

Réseaux sociaux

Techno