•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fille du héros de la mosquée rend un témoignage émouvant

Photo d'Azzedine Soufiane. L'homme a une longue barbe grise, porte des lunettes et affiche un sourire.
Azzedine Soufiane, victime de la fusillade à la mosquée de Québec Photo: Ali Ouldache
Radio-Canada

Un juge qui s'adresse à une orpheline comme un bon père de famille, une adolescente qui rend un témoignage à briser le coeur... L'émotion est montée encore d'un cran jeudi au palais de justice de Québec, quand la fille d'Azzedine Soufiane a témoigné aux observations sur la peine de celui qui a assassiné son père.

Un texte de Yannick Bergeron

Azzedine Soufiane est l'épicier musulman qui a été décrit comme un héros pour avoir tenté de désarmer Alexandre Bissonnette, l'auteur de la tuerie à la mosquée de Québec.

« Ton père part juste pour aller prier et il ne revient pas. On n’a même pas eu le temps de finir notre conversation », expose l'adolescente, qui avait 13 ans au moment de la disparition de son père.

La jeune fille explique que, dans les jours qui ont suivi la tragédie, elle a vécu dans le déni jusqu'à la cérémonie funéraire le vendredi suivant, au Centre des congrès de Québec, lorsqu’on lui a montré son père dans un cercueil.

« C'est là que j'ai réalisé et eu la certitude que je ne reverrais jamais mon père », se rappelle l'adolescente.

Pendant son témoignage, les gens dans l'assistance n'arrivent pas à contenir leurs pleurs.

Au banc des accusés, Alexandre Bissonnette sanglote en réclamant des mouchoirs aux agents correctionnels.

« Il était tout pour moi »

Touchante, l'adolescente décrit ainsi son père : « Il était mon exemple, mon conseiller, il était tout pour moi. »

Elle a une pensée pour sa soeur, qui a la moitié de son âge : « Elle n'a pas eu beaucoup le temps de vivre sa vie avec lui », se désole-t-elle.

« Aujourd'hui, je suis fière de mon père, je suis fière de ses actes », confie l'adolescente avant de s'arrêter, incapable de terminer sa réponse.

« Qu'est-ce qu'il a fait pour se faire assassiner comme ça? » demande, entre autres, la fille d'Azzedine Soufiane.

Elle dit que la tuerie l'a laissée avec une série de questions auxquelles « seul [son] père pourrait répondre ».

« Tu vas m'écouter très attentivement »

À la fin du témoignage, devant une assistance bouleversée, le juge François Huot retire ses lunettes avant de s’adresser à la jeune fille. « Tu vas m'écouter très attentivement », avertit le magistrat.

« Je n'ai pas eu le privilège de connaître ton papa, mais il est important que tu saches que ton père, il l'a prouvé par ses gestes, était un homme d'exception. Ton père appartient à la race des géants. Ton père était un héros. Sois-en fière, sois-en digne, jusqu'à la fin de tes jours », dit le juge à l'adolescente.

« Tu as en toi, et tu viens d'en faire la démonstration, un peu de sa force. Je suis convaincu que, de là-haut, ton père continue à veiller sur toi, ta soeur, ton frère, ta maman, comme il l'a fait si courageusement avec ses frères. Va en paix. Sois heureuse. »

Québec

Procès et poursuites