•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pressions pour ramener le transport ferroviaire des passagers dans le Nord

Une voie ferrée couverte de neige
Le sommet sur le transport ferroviaire pour passagers se veut un message aux candidats qui espèrent former le prochain gouvernement en juin en Ontario. Photo: Radio-Canada / Jonathan Lavoie
Radio-Canada

Une centaine de personnes se sont réunies à Sault-Sainte-Marie, jeudi, pour demander aux gouvernements fédéral et provincial le retour des trains de passagers dans le Nord-Est de l'Ontario.

Un texte de Justine Cohendet

Ces dernières années, les résidents du nord de la province ont observé la fermeture des lignes de trains, les unes après les autres.

« C’est le moyen de transport de l’avenir. Nous sommes les seuls à diminuer et à détruire nos infrastructures », déplore Linda Savory Gordon.

Linda Savory-Gordon est porte-parole de la Coalition pour les trains de passagers Algoma.La Coalition pour les trains de passagers Algoma milite depuis des années en faveur du retour de ce moyen de déplacement dans le Nord de la province. Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Mme Gordon est membre de la Coalition pour le train de passagers Algoma, un groupe qui co-organise ce sommet.

La ligne reliant Sault-Sainte-Marie à Sudbury a disparu en 1979. En 2012, celle qui effectuait la liaison entre Toronto et Cochrane a été abolie. Puis, plus récemment, en 2015, la ligne Sault-Sainte-Marie - Hearst a été supprimée à son tour.

Quand le gouvernement nous dit qu’on est moins isolé qu’avant, excusez-moi, mais nous n’avons jamais été aussi isolés

Roger Sigouin, maire de la ville de Hearst

Selon les organisateurs du sommet, le Nord-Est de l’Ontario a besoin du retour de ces lignes ferroviaires.

Le train de passagers Algoma qui ne roule plus depuis des années.Selon les participants au sommet, le train constitue un moyen sécuritaire et économique pour se déplacer dans le Nord de l’Ontario. Photo : Radio-Canada / CBC

Ils proposent un circuit reliant Toronto à Hearst et Moosonee, en passant par Cochrane, North Bay, Sudbury et Sault-Sainte-Marie, afin de permetre aux communautés du Nord de sortir de leur isolement croissant.

Difficile de se déplacer

Tour à tour des participants ont partager leurs anecdotes et expériences sur les difficultés de se déplacer lorsque l’on vit dans le Nord de la province.

Dans la grande majorité des cas, la voiture est le seul moyen de transport pour aller d'un endroit à l'autres.

Selon les organisateurs, le transport routier est discriminatoire parce qu’il exclut, entre autres, les personnes âgées, malades, celles à mobilité réduite et les résidents n’ayant pas les moyens d’acheter une voiture.

Sécurité sur les routes

Les routes sont devenues dangereuses, disent-ils.

Un accident sur une route enneigé impliquant un camion de transport. Cet accident survenu en octobre dernier sur la Transcanadienne 17 pendant une tempête n’est qu’un exemple des accidents qui se produisent sur les routes du Nord ontarien. Photo : Alisdair Brown

« Ces deux dernières années, 106 personnes sont mortes dans des accidents sur deux routes provinciales du nord de l’Ontario », précise Mark Andrews, un inspecteur à la retraite de la police provinciale de l’Ontario (PPO).

Il estime que le retour des trains de passagers permettrait de désengorger les routes et ainsi de réduire les accidents.

Le maire de Hearst Roger Sigouin qui participe à un sommet. Le maire Roger Sigouin est un fervent défenseur du train de passagers alors que Hearst a perdu le Northlander et la liaison la reliant à Sault-Sainte-Marie. Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

« Mon beau-père et ma belle-mère sont décédés dans un accident de voiture alors qu’ils se rendaient à l’hôpital, lorsqu’ils ont commencé à fermer les lignes du Nord », a renchérit le maire Roger Sigouin.

Un avantage pour le tourisme

Les avantages du train sont infinis selon les organisateurs du sommet qui affirment que remettre les trains de passagers sur les rails, aurait un impact sur le tourisme, l’économie et l’environnement.

Le chemin de fer Algoma Central nous amenait des touristes, du côté américain. Depuis que la ligne a fermé, on ressent ce manque à gagner.

Roger Sigouin, maire de Hearst

Faible coût ?

Pour convaincre les décideurs politiques, les organisateurs avancent le coût imbattable des trains.

« Les voies ferrées sont beaucoup moins chers parce qu’elles sont construites en gravier et sont donc plus résistantes aux hivers, explique Linda Savory Gordon. Les routes ont besoin d’être refaites tous les dix ans. »

Quand peut-on espérer un retour des trains dans le Nord ?

« Dès demain », répond-elle, en rappelant que les infrastructures ferroviaires reliant Sault-Sainte-Marie - Hearst et Toronto - Cochrane sont prêtes à reprendre du service.

Le sommet de jeudi se veut aussi un message au futur parti politique qui formera le prochain gouvernement en juin en Ontario.

Transport en commun

Économie