•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plaques d'immatriculation défectueuses peuvent être échangées

La province affirme qu'une plaque en mauvais état est une violation à la Loi sur les véhicules à moteur et que les conducteurs fautifs pourraient être arrêtés.
La province affirme qu'une plaque en mauvais état est une violation à la Loi sur les véhicules à moteur et que les conducteurs fautifs pourraient être arrêtés. Photo: Radio-Canada / Philip Drost

Des milliers de plaques d'immatriculation font l'objet d'un rappel volontaire au Nouveau-Brunswick. Un défaut de fabrication fait en sorte que certaines plaques s'effacent et ne sont plus lisibles.

Des plaques d’immatriculation se détériorent à vue d’oeil et le gouvernement du Nouveau-Brunswick encourage les résidents à les remplacer le plus rapidement possible.

Puisqu’il s’agit d’un problème de fabrication, Services Nouveau-Brunswick remplacera les plaques gratuitement.

Le problème touche des plaques fabriquées depuis 2009.

« Ça n’affecte qu’une partie des plaques tous les ans », explique Robert Duguay, directeur des communications au ministère de la Justice et de la Sécurité publique.

Depuis 2009, environ 7000 plaques ont été remplacées. Le nombre total des plaques touchées par le rappel est inconnu pour le moment.

En 2015, Terre-Neuve-et-Labrador a dû remplacer 4335 plaques. En 2016, la province a répété l’exercice avec 5109 plaques.

En Nouvelle-Écosse, 1500 plaques ont été remplacées depuis 2008 en raison du même problème.

Les trois provinces font affaire avec le même fabricant : Waldale Manufacturing Ltd.

Robert Duguay affirme que changer de fabricant n’est pas une option, et il espère que l’entreprise trouvera une solution bientôt.

Nouveau-Brunswick

Économie