•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet d’amphithéâtre divise les élus de Saguenay

Un stationnement avec des véhicules. Derrière, on peut voir le centre-ville de Chicoutimi.
Le Centre Georges-Vézina serait construit dans le stationnement du Havre. Photo: Radio-Canada

Au terme d'une séance plénière sur le projet de construction d'un nouvel aréna à Saguenay, les élus municipaux sont plus divisés que jamais. Huit conseillers sont pour alors que les sept autres croient que le projet est inutile.

L’opposition à la seule tenue d'une étude de faisabilité sur le projet est particulièrement venue des conseillers de l’arrondissement de Jonquière.

Même le président de la Commission des sports a détoné de la majorité.

Les ingénieurs l'ont dit, le Centre Georges-Vézina, il est correct pour plusieurs années. Alors moi je pense que c'est un luxe de s'offrir un autre Centre Georges-Vézina.

Michel Thiffault, président de la Commission des sports

La mairesse Josée Néron a préféré ne pas se prononcer sur la question. Toutefois, elle estime que les travaux réalisés au cours des dernières semaines sont insuffisants au Centre Georges-Vézina.

« Ce que ça réglé c'est la vétusté structurelle, mais ça n'a en aucune façon réglé la vétusté fonctionnelle. Tous les vestiaires des Saguenéens, toutes les problématiques d'un aréna qui date des années 50.

C'est une opportunité, c'est une réflexion qu'on a à faire », a-t-elle mentionné.

On n'a pas les moyens de se payer un autre Centre Georges-Vézina. Ça n’a pas d'allure. Si on veut redynamiser le secteur du bas de la côte Racine, bien essayons de faire autre chose.

Jean-Marc Crevier, conseiller indépendant dans Jonquière

Les conseillers sont unanimes sur une chose : la Ville doit réaliser une étude sur le terrain de la zone ferroviaire pour voir quel projet serait le mieux pour dynamiser le secteur.

« Il y a une question d'amphithéâtre, mais aussi de ce terrain-là, le revaloriser. Et à travers ça, il y a toute la question de l'autogare qui est en désuétude assez avancée et l'idée c'est de voir qu'est-ce qui peut faire le meilleur projet sur ce terrain-là », estime Simon-Olivier Côté, conseiller indépendant au centre-ville de Chicoutimi.

Les conseillers municipaux profiteront des prochaines semaines pour notamment recueillir les opinions des citoyens et des commerçants sur le projet d’amphithéâtre.

Saguenay–Lac-St-Jean

Infrastructures