•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt veut se débarrasser d'actions d’un fabricant d’armes à feu

Des armes à feu
La Caisse de dépôt et placement du Québec détient des actions de Vista Outdoor, une entreprise américaine qui commercialise divers articles de sport et de plein air, dont des armes à feu. Photo: iStock

Contrairement à ce qu'elle laissait entendre il y a deux mois, la Caisse de dépôt et placement du Québec détient bel et bien des titres d'un fabricant d'armes à feu, soit plus de 27 000 actions de Vista Outdoor, un conglomérat américain qui a fait l'objet d'une campagne de boycottage à la suite de la fusillade de Parkland, en Floride, en février dernier. Mais la Caisse cherche à s'en départir.

Un texte de Philippe-Antoine Saulnier

Vista Outdoor, une entreprise de l'Utah dont la capitalisation boursière dépasse le milliard de dollars américains, fabrique de nombreux produits. Elle commercialise des articles de ski et de cyclisme, comme les marques Bollé, Giro, CamelBak et Serengeti, mais aussi beaucoup d'articles de chasse comme des armes à feu, dont certaines sont semi-automatiques et ressemblent à des armes militaires.

Après la fusillade de Parkland, le 14 février dernier, une campagne de boycottage a été lancée aux États-Unis, notamment chez certains détaillants de vélos et d'articles de sport, qui ont reproché à Vista Outdoor de financer les activités de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby américain des armes à feu.

Au Canada, la chaîne de magasins de plein air Mountain Equipment Coop a décidé, le 1er mars, de ne plus vendre les produits de ce conglomérat, même si elle ne vendait aucune arme à feu.

La CDP veut se départir du placement

La Caisse de dépôt et placement du Québec, qui avait affirmé en février dernier qu'elle n'investissait pas dans les fabricants d'armes à feu, détient bel et bien des actions de Vista Outdoor. Ce placement de 500 000 $ figure au rapport annuel de 2017. Un an plus tôt, sa valeur était de 1,4 million de dollars.

Le directeur des relations publiques de la Caisse, Maxime Chagnon, maintient que l'institution n'investit pas dans les fabricants d'armes à feu. Il précise que ce placement fait partie d'un mandat de gestion externe, d'une valeur de 639 millions de dollars. C'est donc une firme externe qui a procédé à l'acquisition de ces actions, et non les gestionnaires de la Caisse.

Le porte-parole précise que la Caisse de dépôt et placement préférerait ne pas détenir d'actions de Vista Outdoor. Il ajoute que des discussions ont eu lieu avec le gestionnaire externe, pour voir s'il serait possible de se retirer de ce placement précis, qui est le seul que la Caisse de dépôt possède dans l'industrie des armes à feu.

Sans s'avancer sur les détails de ces discussions, M. Chagnon précise que la Caisse souhaite exercer un certain pouvoir auprès des entreprises dans lesquelles elle investit, ce que l'on appelle « l'engagement actionnarial ».

La réputation d'une entreprise peut avoir des conséquences sur la valeur des actions, explique Jean-Philippe Renaut, directeur général de la firme Aequo, une firme qui représente de grands investisseurs auprès d'entreprises pour les amener à améliorer leurs pratiques sociales et environnementales.

M. Renaut estime que les investisseurs institutionnels conservent une part de responsabilité sur leurs placements, même s'ils sont faits de façon indirecte.

« Ils peuvent poser des questions sur leurs activités de lobbying, dit-il, et moi j'irais même jusqu'à poser des questions sur la diversité du conseil d'administration. »

Je serais très intéressé à ce que les compagnies d'armes à feu dans lesquelles j'investis de manière indirecte soient [dirigées] par un conseil d'administration avec un minimum de 30 % de femmes, des membres de minorités visibles, etc. Je pense que certaines pratiques de marketing et de promotion en seraient d'autant plus éthiques.

Jean-Philippe Renaut, directeur général de la firme Aequo

À la suite de la fusillade de Parkland, le gestionnaire de fonds BlackRock, qui est parmi les plus importants actionnaires de manufacturiers d'armes à feu, dont Vista Outdoor, s'est engagé à avoir des discussions avec ces entreprises.

BlackRock a aussi promis d'offrir des portefeuilles de fonds de retraite qui ne contiendront aucune action de fabricants d'armes.

Armes à feu

Économie