•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’immigration présentée comme la solution au vieillissement de la population

Des participants à la première session de discussion de la tournée Nouvelles conversations.

Des participants à la première session de discussion de la tournée Nouvelles conversations.

Photo : Radio-Canada / Anais Brasier

Radio-Canada

« Je ne veux pas être alarmiste », prévient d'emblée l'économiste Richard Saillant, lors de la première session de la tournée Nouvelles conversations, qui avait lieu à Shediac mercredi soir. Pourtant, les statistiques qu'il présente sur le vieillissement de la population de la province sont inquiétantes.

L’économie de la province souffre et fonctionne au ralenti, selon Richard Saillant. La croissance du produit intérieur brut du Nouveau-Brunswick est beaucoup moins élevée en 2016 qu’en 1990, explique-t-il. Depuis 2008, la population active de la province a cessé de croître alors que la demande des services publics continue d’augmenter.

Quelques faits saillants :

  • L’âge médian du Nouveau-Brunswick est passé de 24 ans en 1971 à 45 ans en 2017.
  • 65 000 personnes ont 75 ans ou plus dans la province, un chiffre qui pourrait doubler dans les 15 prochaines années.
  • Depuis 2015, le Nouveau-Brunswick a perdu environ 15 000 travailleurs nés au Canada, que ce soit des départs à la retraite ou vers d’autres provinces. Pendant ce temps, Pendant ce temps, 3100 travailleurs nés à l’extérieur du pays sont arrivés dans la province, faisant des immigrants « la seule source de croissance de travailleurs ».
L'économiste faisant sa présentation. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Richard Saillant présente les résultats d'une étude, lors de la première soirée de la tournée Nouvelles Conversations.

Photo : Radio-Canada / Anaïs Brasier

L’importance de l’immigration

Le Nouveau-Brunswick a donc trois pistes de solution :

  • Encourager les travailleurs à retarder leur retraite.
  • Attirer plus de travailleurs des autres provinces (une idée qui a eu un succès limité jusqu’à présent puisque le Nouveau-Brunswick a perdu 13 500 personnes à d’autres provinces de plus qu’elle en a gagné entre 2010 et 2017).
  • Attirer et retenir plus d’immigrants.

L’exemple de l’Île-du-Prince-Édouard

Si les statistiques sont inquiétantes, Richard Saillant se veut rassurant : il existe des exemples de communautés qui ont réussi à accroître leur taux d’immigration en quelques années.

C’est le cas de la province voisine, l’Île-du-Prince-Édouard. Depuis 2007, ses efforts pour attirer les immigrants sont payants. Sa population a augmenté de 10 %, son PIB de 15 % et sa population active de 7 %, selon des données de Statistique Canada.

La participation de la population est nécessaire

Mais pour arriver à de tels résultats, la population du Nouveau-Brunswick doit donner du sien, explique l’économiste Richard Saillant. C’est pourquoi il participe à la tournée Nouvelles Conversation, organisée par le Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick. Il souhaite y ouvrir une discussion avec la population pour savoir comment attirer et garder des immigrants dans les différentes régions du Nouveau-Brunswick.

Trois photos avec des personnes présentes lors de la première session de la tournée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tous les membres de la communauté sont invités à participer à la tournée Nouvelles conversations entre le 18 avril et le 17 mai 2018.

Photo : Radio-Canada

Les personnes présentes à la première session de discussion de la tournée Nouvelles conversations ont donc dû répondre à la question suivante : Qu’est-ce qui peut être fait ici pour attirer davantage d’immigrants et faciliter leur intégration?

Autour des tables, des résidents de la région ont proposé plusieurs solutions : créer des comités d’accueil dans les communautés et les écoles, mieux définir les domaines dans lesquels la région a besoin de travailleurs, organiser des activités d’échange culturel pour mieux se comprendre et avoir un agent d’immigration local.

Une feuille de participation avec une main qui écrit les idées. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les personnes présentent participent à la discussion en proposant des idées pour attirer et garder les immigrants dans leur région.

Photo : Radio-Canada

Parce que chaque région a des enjeux spécifiques, la tournée Nouvelles conversations (Nouvelle fenêtre) s’arrêtera dans 15 municipalités dans les prochaines semaines, dont les grandes villes de la province, comme Fredericton et Moncton, mais aussi dans des régions rurales qui affrontent d’importants défis engendrés par le vieillissement de la population et un manque de main-d’oeuvre, comme Richibouctou, Campbellton et Saint-Quentin.

Nouveau-Brunswick

Nouveaux arrivants