•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain : le ministre Jim Carr minimise la hausse du trafic pétrolier

Des pétroliers mouillent au large d'un port sous un ciel orangé

Des pétroliers mouillent au large d'un port

Photo : La Presse canadienne

La Presse canadienne

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, soutient que « seulement un pétrolier par jour » supplémentaire mouillera au large de la Colombie-Britannique après l'élargissement de l'oléoduc Trans Mountain.

À l'issue de la réunion du caucus libéral, mercredi à Ottawa, M. Carr a voulu minimiser les risques environnementaux invoqués par les opposants au projet de Kinder Morgan.

M. Carr a réitéré que ce projet d'élargissement de l'oléoduc, approuvé par son gouvernement en 2016, serait bénéfique pour l'économie et pour l'avenir du Canada.

Le ministre ne conteste pas les chiffres des opposants, qui évoquent une augmentation de 700 % du trafic de pétroliers au large du port de Burnaby, en banlieue de Vancouver. Mais Jim Carr soutient que cette façon de présenter les choses fait paraître la hausse plus importante qu'elle ne l'est en réalité.

Selon lui, cette augmentation de 700 % signifie que 35 pétroliers, plutôt que cinq, mouilleront chaque mois au terminal maritime Westridge. Il s’agit d'environ un navire de plus par jour. Le ministre insiste sur le fait que cette navigation sera encadrée par des normes sévères afin de prévenir les accidents.

Carte du projet d'expansion du pipeline Trans Mountain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte du projet d'expansion du pipeline Trans Mountain.

Photo : Office national de l'énergie

Les opposants du projet d'expansion du pipeline Trans Mountain soutiennent que les pétroliers devront parfois manoeuvrer dans des passages étroits entre le terminal et l’océan. Tout déversement dans ces passages serait très dommageable à l'écosystème marin.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique se plaint surtout du manque d'informations concernant la façon dont se comporte le bitume dilué dans l'eau en cas de déversement, et comment un tel écoulement peut être nettoyé -- si cela est même possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des écosystèmes