•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre adolescents accusés d'agression sexuelle en groupe à Sherbrooke

Un véhicule de la Sûreté du Québec

Un véhicule de la Sûreté du Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quatre adolescents ont été accusés mercredi au palais de justice de Sherbrooke d'agression sexuelle et d'agression sexuelle en groupe sur une mineure. L'un d'eux a également été accusé de production et de distribution de pornographie juvénile.

Les quatre adolescents arrêtés mardi pour agressions sexuelles sur des personnes mineures étaient âgés de 15 à 17 ans au moment des faits, survenus l'hiver dernier.

Les accusations concernent pour le moment une seule des trois victimes présumées identifiées par la Sûreté du Québec (SQ), qui croit que d'autres jeunes filles pourraient s'ajouter ultérieurement. La preuve est toujours à l'étude par le Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Un des suspects a été remis en liberté sous plusieurs conditions tandis qu'un autre l'a été sous promesse de comparaître. Les deux autres suspects demeurent détenus en centre de détention jeunesse.

Rappelons que, d'après des informations obtenues par Radio-Canada Estrie, ces suspects seraient liés aux fêtes qui ont eu lieu sur le territoire de Sherbrooke au cours des dernières semaines et pour lesquelles le Service de police de Sherbrooke avait appelé à la vigilance.

« On invite les gens qui auraient de l'information en lien avec les personnes arrêtées à communiquer avec les policiers si jamais ils ont des informations à transmettre », mentionnait la relationniste de la SQ en Estrie, Aurélie Guindon, mardi.

Quiconque possède des renseignements sur ces individus et leurs agissements peut communiquer avec la centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

La CSRS troublée

Se disant « troublée » par ces événements, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a annoncé par communiqué en fin d'après-midi mercredi que les trois élèves de ses établissements concernés par les faits reprochés avaient été retirés de l'école depuis mardi.

Selon le communiqué, « La CSRS est consciente que l’événement soulève des inquiétudes chez les élèves, leurs parents ainsi que les membres du personnel, souligne-t-on. [...] Pour la suite des actions à prendre, la situation sera analysée, avec le premier souci d’assurer la sécurité des élèves et de protéger le milieu. »

Estrie

Justice et faits divers