•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation d'un journaliste : pas de poursuite contre la police de Gatineau

Antoine Trépanier, journaliste de Radio-Canada à Ottawa-Gatineau.
Antoine Trépanier, journaliste de Radio-Canada à Ottawa-Gatineau. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Radio-Canada et Antoine Trépanier n'intenteront pas de poursuite contre le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) dans la foulée de l'arrestation du journaliste pour des démarches effectuées dans le cadre de son travail.

M. Trépanier a été arrêté par le SPVG le 13 mars à la suite d’une plainte pour harcèlement criminel déposée par la directrice générale des Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Outaouais, Yvonne Dubé. Il avait en fait tenté de la joindre pour obtenir sa réaction à une enquête la concernant.

Une dizaine de jours plus tard, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a annoncé qu’il ne porterait pas d’accusations envers le journaliste, et le SPVG a admis qu’une erreur avait été commise dans ce dossier, qui avait créé une commotion dans le milieu journalistique.

Après mûre réflexion, j'en suis venu à la conclusion qu'il fallait tourner la page et me concentrer sur mon travail à Radio-Canada. […] Ce malheureux épisode est maintenant chose du passé.

Antoine Trépanier

« Mon arrestation m'a empêché de couvrir certains sujets pour des raisons éthiques. Intenter une poursuite contre qui que ce soit ne m'aiderait pas à exercer mon métier librement et de façon indépendante », a commenté Antoine Trépanier dans un communiqué publié par son employeur.

« Je tiens à remercier Radio-Canada, le public, le syndicat des employés et tous mes collègues pour l'appui indéfectible qu'ils m'ont donné », a-t-il ajouté.

« Nous respectons tout à fait son choix », a commenté le directeur des Services français de Radio-Canada à Ottawa-Gatineau, Yvan Cloutier, en rappelant que la société d’État soutient la démarche journalistique de son journaliste depuis le début.

« C’est une décision réfléchie, qui lui permettra de tourner la page sur cet incident et poursuivre sa carrière prometteuse en journalisme, avec toute la curiosité et l’énergie qu’on lui reconnaît », a-t-il souligné.

Le dossier n’est pas tout à fait clos pour autant, puisque le SPVG doit maintenant faire l’objet d’une enquête du Commissaire à la déontologie policière du Québec, à la suite d’une plainte pour « atteinte à la démocratie » déposée par un professeur de cégep de la région de Montréal.

Radio-Canada appuie cette démarche, à laquelle collaborera Antoine Trépanier.

Le rapport d’enquête du Commissaire à la déontologie policière devrait être remis d’ici 6 mois.

Le conseil d'administration des Grands Frères et Grandes Sœurs de l’Outaouais a réitéré sa confiance envers Yvonne Dubé, malgré le fait que l'enquête d'Antoine Trépanier a révélé qu'elle s'est faussement présentée comme avocate et qu'elle a pratiqué le droit sans autorisation, de septembre 2011 à mars 2012.

Depuis cette affaire, le SPVG a émis une directive pour s'assurer que la direction soit informée rapidement de tout événement concernant un journaliste et s'est engagé à développer un outil de référence pour ses policiers.

Droits et libertés

Société