•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reconnaissance faciale : Facebook veut l’accord des Canadiens

Une femme se tient devant un écran d'ordinateur alors que le logo du réseau social Facebook se réflète dans son œil.

Facebook est en pleine tourmente alors que sa gestion des données privées de ses utilisateurs est remise en question.

Photo : Getty Images / Josh Edelson

Radio-Canada

Facebook a commencé mercredi à demander l'accord des Canadiens pour utiliser la reconnaissance faciale sur leur profil. Le réseau social a également annoncé comment il allait se conformer au nouveau règlement général sur la protection des données (RGPD) en Europe.

Dans les prochaines semaines, il se pourrait bien qu’un écran vous demandant votre avis sur l’utilisation de la reconnaissance faciale s’affiche lorsque vous ouvrez Facebook. Cette fonction optionnelle permet à Facebook de vous reconnaître et de proposer de vous identifier automatiquement lorsque vous apparaissez dans une photo. Le réseau social peut aussi détecter l’utilisation frauduleuse de vos photos par quelqu’un d’autre.

Les écrans demandant l'accord des utilisateurs pour activer la reconnaissance faciale.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les écrans demandant l'accord des utilisateurs pour activer la reconnaissance faciale.

Photo : Facebook

L’entreprise est d’ailleurs visée par un recours collectif en Illinois pour avoir déployé la reconnaissance faciale sans avoir demandé le consentement explicite de ses utilisateurs.

Une offre que vous ne pourrez refuser

Facebook effectuera cette vérification et plusieurs autres auprès de ses utilisateurs au cours des prochains mois, indique l’entreprise dans un communiqué (Nouvelle fenêtre). Les internautes verront s’afficher un écran contenant plusieurs paragraphes de texte explicatif et des boutons permettant de modifier les options ou d’accepter les conditions sans modification.

Il ne sera pas nécessaire de faire défiler le texte jusqu’à la fin pour que les boutons soient affichés, et le bouton pour accepter les conditions sera mis en évidence par sa couleur bleue.

Il ne sera pas possible de refuser les conditions proposées.

Les menus permettant de modifier la confidentialité de certaines informations personnelles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les menus permettant de modifier la confidentialité de certaines informations personnelles.

Photo : Facebook

« Les gens peuvent choisir de ne pas être sur Facebook s’ils le désirent », a indiqué Rob Sherman, chef adjoint de la protection des renseignements personnels de l’entreprise californienne.

Cette précaution ne garantit toutefois pas que Facebook ne collectera pas de données sur vous, comme l’a indiqué lundi David Baser, un responsable produit du groupe. « Lorsque vous visitez un site ou une application qui utilise nos services, nous recevons des informations même si vous êtes déconnecté ou si vous n'avez pas de compte Facebook », écrivait alors M. Baser dans un autre communiqué (Nouvelle fenêtre).

Des vérifications motivées par l’Union européenne

En plus de donner leur accord à l’utilisation de la reconnaissance faciale, les utilisateurs de Facebook devront revoir le degré de confidentialité de certaines informations personnelles, telles que leur orientation sexuelle, leur religion ou leurs intérêts politiques.

Facebook leur demandera aussi leur accord pour continuer d’utiliser des données provenant de sites externes dans le choix des publicités qui leur sont présentées.

Enfin, l’entreprise donnera accès à des outils améliorés pour consulter, supprimer et télécharger les données qu’elle recueille et elle limitera les fonctions du site et de l’application pour les mineurs.

Les vérifications annoncées mercredi par Facebook seront d’abord effectuées auprès des utilisateurs habitant un pays de l’Union européenne, pour que Facebook puisse se conformer au RGPD avant son entrée en vigueur, le 25 mai prochain.

Ce règlement européen vise à protéger la vie privée et les données des citoyens. Ces derniers devront être informés de l’usage qui est fait de leurs données et accorder leur consentement de manière explicite.

Lors de deux témoignages devant des membres du Congrès américain à Washington, la semaine dernière, le président-directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, s’est montré ouvert à appliquer les principes du RGPD à l’extérieur de l’Europe sur Facebook.

Des changements limités

Les utilisateurs qui espèrent voir Facebook cesser de leur proposer des publicités ciblées devraient toutefois revoir leurs attentes, prévient Rob Sherman.

« Facebook est un service soutenu par la publicité, a indiqué M. Sherman à Reuters. Toutes les publicités sur Facebook sont ciblées dans une certaine mesure, mais c’est aussi vrai pour la publicité hors-ligne. »

Les utilisateurs pourront cependant limiter en partie le type de données dont Facebook pourra se servir pour cibler ses publicités.

Avec les informations de BBC News, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno