•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre de la Culture veut garder l'oeuvre Saint Jérôme au Québec

Le reportage de Mélanye Boissonneault
Radio-Canada

Québec souhaite que le tableau Saint Jérôme entendant la trompette du Jugement dernier, de Jacques-Louis David, demeure au Québec et soit protégé. La ministre de la Culture, Marie Montpetit, a demandé à des experts d'évaluer l'oeuvre en vue de la classer bien patrimonial.

Un texte de Camille Simard

Les démarches ont été entamées il y a près d'une semaine. Des procédures « accélérées », a mentionné la ministre mercredi.

« À partir du moment où j'aurai une évaluation claire de sa valeur patrimoniale, je pourrai procéder à un classement patrimonial », a-t-elle précisé.

Le tableau fait l'objet d'une controverse, puisque le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), situé à Ottawa, veut acquérir seul le tableau.

Il semble y avoir de façon assez évidente, une valeur patrimoniale

La ministre de la Culture, Marie Montpetit
Saint-Jérome entendant la trompette du jugement dernier, un tableau de Jacques-Louis David.Saint-Jérome entendant la trompette du jugement dernier, un tableau de Jacques-Louis David. Photo : Musée de la Civilisation de Québec

Peint en 1779 par l'artiste Jacques-Louis David, le Saint Jérôme entendant la trompette du Jugement dernier a été mis en vente récemment au coût d'environ 6,3 millions de dollars canadiens par la Fabrique Notre-Dame de Québec.

Comme le tableau est exposé au Musée des beaux-arts de Montréal, la ministre ne voyait pas l'obligation d'entamer de telles démarches avant.

Symbole historique, selon le Musée de la civilisation

Stéphan La Roche, le directeur général du Musée de la civilisation, à Québec, se réjouit de ce geste posé par la ministre.

Le Musée, qui est dépositaire de l'oeuvre, espère que le tableau demeurera au Québec.

« C'est un pas dans la bonne direction, ce tableau a une grande valeur et nous devons le conserver au Québec, par sa valeur d'intérêt national », a-t-il affirmé.

Le directeur général du Musée de la civilisation, Stéphan La Roche.Le directeur général du Musée de la civilisation, Stéphan Laroche. Photo : Radio-Canada / Stéphanie Tremblay

Le directeur estime que ce tableau de 250 ans a une valeur « très rare » sur le marché, puisqu'il n'y en a qu'un au Québec.

Stéphan La Roche déplore l'attitude « méprisante » du directeur du Musée d'Ottawa, qui veut faire cavalier seul.

Comme si nous étions des musées ruraux dans une vaste campagne et que tous les Québécois ne sont pas capables de juger une oeuvre comme celle-là. Je trouve ça dommage.

Stéphan La Roche, directeur général, Musée de la civilisation

Il précise qu'il entend faire une offre conjointe avec le Musée des beaux-arts de Montréal. Cette offre serait faite avec des partenaires privés et publics.

Pas d'intervention de Mélanie Joly

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, n'a pas l'intention pour sa part d'intervenir dans la décision du Musée des beaux-arts du Canada qui souhaite acquérir seul le tableau.

« Il y a des décennies, on a décidé qu'on ne politiserait pas le financement de l'art et les opérations de musées, et donc dans ces circonstances-là, je respecte l'indépendance du Musée des beaux-arts du Canada. [Le musée] va poursuivre ses opérations et prendre ses décisions. Et ce sera au musée de défendre sa décision », a réagi la ministre, mardi après-midi.

Arts visuels

Arts