•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le Québec, un État ou un club-école?

    Le drapeau du Québec flotte au-dessus de l'Assemblée nationale, à Québec.

    Les employés de l’État québécois gagnent en moyenne 20,4 % de moins que ceux du fédéral et 39,7 % de moins que ceux des municipalités, selon les plus récents chiffres de l'Institut de la statistique du Québec.

    Photo : Reuters / Mathieu Bélanger

    Radio-Canada

    L'État québécois peine depuis de nombreuses années à attirer du personnel et à retenir ses employés les plus prometteurs, qui partent pour travailler au fédéral, au municipal, ou encore pour le privé, en raison d'une politique de rémunération peu concurrentielle, dénoncent des syndicats. Le gouvernement dit chercher des moyens d'offrir des conditions de travail plus attrayantes.

    Un texte de Julien McEvoy

    Les récentes hausses salariales consenties par le gouvernement n'ont d'ailleurs pas vraiment changé la donne, selon les syndicats.

    « Nos ministères se font appeler des CFF, des centres de formation pour le fédéral. Les gens vont travailler dans nos ministères, ils sont formés, ils prennent de l’expérience et, au bout d’un an, deux ans, trois ans, ils transfèrent au fédéral, où ils sont payés plus cher et où ils ont de meilleures conditions de travail. »

    Cette anecdote, racontée par Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), circule beaucoup, dit-il, dans les bureaux gouvernementaux de l’État québécois situés à Gatineau.

    La raison est simple : Gatineau est à un jet de pierre de la capitale fédérale. Mais, tranche M. Daigle, « c’est la même chose un peu partout ».

    « Par exemple, les bureaux de Revenu Québec à Montréal sont situés juste en face de ceux de l’Agence du revenu du Canada. Les gens n’ont qu’à traverser la rue! Ma propre sœur l’a fait, souligne-t-il. Elle travaillait au Revenu depuis six ans et n’avait pas de permanence. Pour le même emploi, elle a tout de suite gagné 15 000 $ de plus par année, elle a obtenu une permanence, et le nombre de dossiers dont elle était chargée a été réduit de moitié. »

    Des écarts salariaux importants

    L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) reconnaît implicitement le problème, année après année, dans son analyse intitulée Rémunération des salariés – État et évolution comparés.

    L’organisme constate, dans l’édition 2017 de son bilan, que les employés de l’État québécois gagnent en moyenne 20,4 % de moins que ceux du fédéral et 39,7 % de moins que ceux des municipalités.

    L’ISQ indique aussi que les salariés de l’administration québécoise gagnent un salaire inférieur de 13,9 % à celui des autres salariés québécois qui travaillent au sein d’entreprises employant 200 personnes et plus.

    « La comparaison existe depuis une trentaine d’années, explique Patrice Gauthier, directeur des statistiques sur le travail et la rémunération de l'ISQ. Au début, on observait qu’il n’y avait pas vraiment d’écart entre l’administration québécoise et les autres administrations publiques. »

    Tranquillement, un fossé s’est creusé. « Depuis les sept ou huit dernières années, l’écart s’est un peu accru au niveau salarial, poursuit le directeur de l’ISQ. Les augmentations consenties lors des deux dernières conventions collectives, celles de 2010-2015 et de 2015-2020, sont un peu en-dessous de ce qu’on observe dans le marché. »

    Québec se vide de son talent

    Pour Christian Daigle, il est clair que la politique de rémunération de Québec est un frein à l’embauche et à la rétention du personnel.

    « Présentement, dans notre convention collective, nos augmentations de salaire ne couvrent même pas l’inflation, si on fait la moyenne. On aimerait au minimum avoir l’inflation et une partie de rattrapage salarial », plaide le président du SFPQ, qui représente quelque 30 000 fonctionnaires de l’État du Québec.

    Notre pouvoir d’achat était plus important avec nos salaires de 1998 qu’avec ceux d’aujourd’hui.

    Christian Daigle, président du SFPQ

    « Ça fait au moins quatre négociations de suite qu’on demande des rattrapages salariaux avec le fédéral, avec également d’autres provinces, comme l’Ontario, et même avec le municipal. Toutes les fois, on se les fait refuser, sous prétexte que nous n’avons pas les mêmes besoins, les mêmes réalités que dans les autres provinces ou qu’avec nos collègues fédéraux et municipaux », explique-t-il.

    Christian Daigle parle de préposés aux télécommunications des centres d’appels de la Sûreté du Québec qui partent pour aller faire exactement le même boulot dans les centres municipaux du 911. De techniciens en génie civil et de techniciens en informatique qui font défection vers le secteur privé. D’ouvriers de toutes sortes qui partent dans les municipalités, « où ils peuvent pratiquement obtenir une augmentation de 50 % ».

    Après vérifications, l'échelle salariale des préposés aux communications d'urgence à la Ville de Montréal est de 47 292 $ à 62 553 $ par année. À Québec, le salaire annuel des préposés aux télécommunications est de 34 407 $ à 43 630 $.

    Pour ce qui est des ouvriers,la comparaison des mécaniciens en tuyauterie-chauffage est éloquente. À Québec, leur taux horaire est de 23,88 $ alors qu’à la Ville de Montréal, il est de 32,86 $. Calculé sur une base annuelle, à raison de 35 heures par semaine, le salaire annuel d’une personne qui fait ce boulot pour Québec est de 43 462 $, alors qu’il est de 59 805 $ à Montréal. L’employé municipal gagne donc 37 % de plus que l’employé de l’administration québécoise.

    Ce que je veux, c’est qu’on donne des bons services à la population. Présentement, les gens sont surchargés dans les ministères; ils ne sont pas capables de rendre les services auxquels les Québécois ont droit. C’est frustrant.

    Chistian Daigle, président du SFPQ

    Le Conseil du Trésor, par la voix de son porte-parole Jean Auclair, reconnaît que le nombre de fonctionnaires représentés par le SFPQ a chuté au cours des dernières années. Il tient cependant à préciser que leur nombre est reparti à la hausse depuis 12 mois.

    Des salaires qui stagnent

    Au Québec, entre 1980 et 2010, les salaires de l’ensemble des travailleurs ont fait un bond de 17,3 %, et ce, en tenant compte de l’inflation, alors que ceux des employés de l’État ont augmenté d’un infime 1,9 %.

    Ces chiffres sont tirés d’une étude de l’ISQ intitulée Étude sur l’évolution du pouvoir d’achat des salariés de l’administration québécoise durant la décennie 2000, qui comptait aussi une analyse comparative des décennies 1980, 1990 et 2000.

    Les employés de bureau et les techniciens à l’emploi de Québec ont par exemple bénéficié d’une augmentation de 6,2 % durant cette période, alors que les employés d'entretien et de service ainsi que les ouvriers ont vu leur salaire fondre de 0,9 %.

    Ceux qui se sont le plus appauvris sont les professionnels au service de l’État du Québec, les fonctionnaires les plus éduqués qui, logiquement, ont davantage d’options sur le marché privé de l’emploi.

    En 30 ans, cette catégorie d’emplois, qui inclut notamment les agronomes, les comptables et les informaticiens, a vu son salaire réel chuter de 12,3 % en moyenne.

    L’exode des professionnels et les misères du plein emploi

    « On a beaucoup de difficulté à garder notre monde », confirme Richard Perron, président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

    Comme tous les autres chefs syndicaux à qui nous avons parlé, M. Perron rappelle que le Québec est en situation de plein-emploi et qu’il n’est pas simple, dans ces conditions, d’attirer et de retenir des candidats de choix.

    Après plus de trois ans d’âpres négociations, la conclusion d’une entente de principe entre le SPGQ et Québec, le 22 mars, lui a certes donné « l’assurance et la conviction que le gouvernement attache une très grande importance à son expertise interne ». Mais il reste à voir si les détails de l’entente sauront corriger la situation qu’il déplorait peu avant.

    « Avec la rareté de la main-d’œuvre, plaidait-il avant l’entente, si le gouvernement n’est pas capable d’offrir des salaires qui soient à tout le moins un peu compétitifs afin de lancer le message que les professionnels du gouvernement du Québec ne sont plus les parents pauvres des salariés professionnels, on ne sera pas capable, collectivement, d’engager les experts qui vont nous permettre d'éviter une prochaine commission Charbonneau. »

    Des consultants et des postes non pourvus

    Un des exemples les mieux documentés du manque criant d’expertise au sein de l’État québécois est dans le domaine de l’informatique. Le recours aux consultants privés demeure une pratique bien établie, malgré la promesse faite en 2015 par l’ex-président du Conseil du Trésor Martin Coiteux de l’atténuer.

    Martin Coiteux, en décembre 2014, alors qu'il était président du Conseil du Trésor

    Martin Coiteux, en décembre 2014, alors qu'il était président du Conseil du Trésor

    Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

    De 2015 à 2016, selon les données du Trésor, le nombre de postes vacants en informatique est passé de 488 à 707. Même si Québec a réagi, notamment en ouvrant quelque 140 postes en 2016-2017, la mesure a donné des résultats mitigés, note Richard Perron, puisqu’« on n’a même pas réussi à [pourvoir] la moitié des postes ».

    À la Ville de Montréal, pour ne donner qu’un exemple, les professionnels de l’informatique peuvent gagner substantiellement plus qu’à Québec, où le salaire annuel d’un analyste de l'informatique et des procédés administratifs est de 40 963 $ (échelon 1) à 75 644 $ (échelon 18). À Montréal, un analyste en informatique (responsable) gagne de 54 771 $ à 92 125 $, et ce, en vertu d’une convention collective échue depuis 2014, mais toujours en vigueur.

    Où pensez-vous que le jeune intelligent qui sort de l’école avec des connaissances pointues va aller? Même s’il aime beaucoup l’idée de représenter le Québec et de travailler pour le gouvernement du Québec, il n’est quand même pas fou : à temps plein, il va accepter le poste à la Ville de Montréal.

    Richard Perron, président du SPGQ

    Au Conseil du Trésor, on explique que la rémunération n'est pas l'unique enjeu quand vient le temps d'attirer et de retenir les troupes.

    « Tout comme l’ensemble des entreprises, c’est certain que nous avons des défis de recrutement, notamment pour certains corps d’emploi comme les informaticiens, les ingénieurs, les actuaires et même les secrétaires », concède Cynthia St-Hilaire, attachée de presse au cabinet du président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand.

    Mais, poursuit-elle, il faut miser sur plusieurs aspects : conditions de travail, horaire, climat de travail, avantages sociaux, conciliation travail-famille, etc.

    « On présentera, dans les prochaines semaines, une stratégie de gestion des ressources humaines qui vise à nous rendre plus attrayants. On va y aborder l’angle du télétravail, par exemple. La rémunération est un point, mais ce n’est pas la seule chose qui pèse dans la balance », souligne-t-elle.

    Les fonctionnaires de Québec victimes de leur immobilité

    Pour régler le problème de rémunération, véritable frein à l’embauche, il faut négocier avec le Conseil du Trésor. C’est là où tout se décide et où les bourses se délient (ou pas).

    Et pour bien saisir la façon dont le Trésor aborde le problème, explique Jacques Bourgault, professeur associé à l'École nationale d'administration publique (ENAP), il faut notamment prendre en compte la mobilité des employés, leur « géographie », en quelque sorte.

    « La portion de la fonction publique du Québec qui vit dans la région de Québec est énorme, expose ce docteur d'État en science politique. Pendant très longtemps – mais ce n’est plus vraiment le cas depuis cinq à huit ans –, la fonction publique du Québec était de loin le principal employeur de la région ».

    M. Bourgault explique aussi que les fonctionnaires du Québec viennent souvent de régions unilingues francophones, ce qui leur confère moins de mobilité. Ça ne veut pas dire qu’ils ne parlent pas du tout anglais, mais maîtrisent-ils suffisamment la langue de Shakespeare pour gagner des concours ailleurs? « Ce n’est pas sûr », analyse le spécialiste de l'administration publique.

    La mobilité n’est cependant pas le seul critère permettant de comprendre la situation particulière qui prévaut. Un aspect tout aussi important est celui de la vigueur du secteur privé là où sont recrutés les fonctionnaires.

    « Quand le gouvernement du Canada établit la rémunération des professionnels comme les avocats, les ingénieurs, les informaticiens et les comptables, il tient compte de la compétitivité sur le marché de Toronto, par exemple », illustre Jacques Bourgault.

    Afin d’éviter de se faire « cannibaliser par le privé ou l’OBNL [organisme à but non lucratif] », Ottawa accorde donc à tous ses employés des salaires équivalents à ceux offerts par le secteur privé dans les métropoles canadiennes, que l’on soit fonctionnaire fédéral à Moose Jaw, à Shawinigan, à Toronto ou à Thunder Bay.

    « L'État fédéral est obsédé par la cannibalisation potentielle de ses troupes », conclut le professeur Bourgault.

    Il demeure que convaincre le Conseil du Trésor à Québec de s’inspirer de ce qui se fait au fédéral ne sera pas facile.

    Le Conseil du Trésor, c’est un peu comme Voldemort. Tout le monde en a peur et personne ne veut se le mettre à dos, car il pourrait s’attaquer à toi et te priver des sommes nécessaires pour accomplir tes objectifs.

    Richard Perron, président du SPGQ

    Le président du SPGQ raconte comment, quand il parle à des ministres afin de les inciter à intervenir en faveur de leurs professionnels au Conseil des ministres, ceux-ci se disent d’accord avec lui.

    « Ils sont avec moi, ils me disent de continuer à me battre, mais quand je leur demande de mettre leur culotte et de confronter le Conseil du Trésor, vous voyez la crainte dans leur visage; ça ressemble à des personnages de Harry Potter quand on leur dit Voldemort. Ils ont vraiment peur de se mettre à dos le Trésor, qui pourrait couper leurs crédits. Ils deviendraient alors de mauvais ministres, et pourraient ne pas être réélus. »

    Pour la porte-parole du président du Conseil du Trésor, ce n'est pas comme ça que les choses fonctionnent. « C’est sûr qu’il y a des échanges au Trésor. Les dossiers nous sont présentés, nous les analysons et nous faisons des recommandations. Mais je n’ai jamais vu personne arriver ou sortir d’ici en sueur. Voldemort, non, je ne crois pas », rétorque Cynthia St-Hilaire.

    Plus d’ingénieurs… et plus de sous-traitance

    Les conclusions de la commission Charbonneau, qui soulignait les risques liés au déficit d’expertise en ingénierie au sein de l’État, avaient donné bon espoir aux ingénieurs de voir des changements enfin advenir.

    Mais la négociation de leur plus récente convention collective, qui a duré plus de trois ans, s’est soldée, en décembre dernier, par un résultat à leurs yeux décevant.

    « La première année de l’entente, on a 0 %; la deuxième année, 1,5 %; la troisième année, 1,75 %. Ça ne nous permet même pas de suivre l’inflation », déplore Marc-André Martin, président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ).

    Les ingénieurs réclamaient une augmentation salariale de 20 %, de façon à combler une partie de l'écart qui les sépare de leurs collègues du secteur privé et à contrer l'exode du personnel et de l'expertise vers ce dernier.

    Le président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ), Marc-André Martin, en entrevue

    Le président de l'Association professionnelle des ingénieurs du Gouvernement du Québec (APIGQ), Marc-André Martin

    Photo : Radio-Canada

    On est vraiment en queue de peloton pour la rémunération. Quand on regarde les chiffres de l’ISQ, on est encore tout près de 40 % en retard pour la rémunération globale sur les autres organismes publics. Si on se compare avec le privé syndiqué, on est au-dessus de 30 % en retard.

    Marc-André Martin, président de l'APIGQ

    Les ingénieurs de l’APIGQ ont toutefois obtenu la création d’un comité qui doit se pencher sur l'expertise, l'attraction et la rétention des ingénieurs au sein de l’État québécois. Pour la première fois, Québec leur permettra de se comparer avec leurs confrères des municipalités et du génie-conseil privé.

    « Le gouvernement veut qu’on s’en tienne au Québec, ils ne veulent pas qu’on se compare à ailleurs. Ça en dit long, mais je pense qu’on en a assez avec le Québec, on est déjà en retard sur tout le monde », lance le président du syndicat, l’air découragé.

    Des jeunes et des vieux, mais aucun entre-deux

    Comme pour tous les autres postes dans la fonction publique du Québec, les ingénieurs ont connu une vague de départs à la retraite au cours des dernières années. De nombreux ingénieurs expérimentés en ont profité pour aller faire une deuxième carrière dans le génie-conseil, note le président du syndicat.

    Marc-André Martin dit aussi entendre beaucoup parler de gens qui commencent comme ingénieur à l’État et qui, après quelques mois, quittent. « Ils viennent, voient un peu de quoi ç’a l’air et ils partent tout de suite. On est désuet au niveau des outils informatiques, mais aussi au niveau des projets. C’est triste », enchaîne-t-il.

    Le nombre d’ingénieurs au ministère des Transports est tout de même passé de 557, en 2011, à 872, en 2016. Mais le recours à la sous-traitance y est encore plus prévalent qu’il ne l’était avant ces embauches.

    « On a ajouté plus de 300 ingénieurs depuis 2011, et on donne quand même 95 % de nos travaux de surveillance et de conception à l’externe [c’était 90 % en 2011]. Qu’est-ce qui se passe? Comment ça se fait que tu augmentes autant ton effectif et que ça ne fait pas baisser les coûts de la sous-traitance en conception et en surveillance de travaux, soit ce qui coûte le plus cher au gouvernement? » demande, outré, le président de l'APIGQ.

    Selon lui, il n’y a plus assez d’ingénieurs expérimentés pour parrainer les jeunes. « Les gens qui sont en place sont déjà surchargés par le suivi de ce qui se fait en sous-traitance, ils n’ont pas le temps de former les plus jeunes. Alors les nouveaux ne font pas de projets, ils ne font que de la gestion de paperasse, explique Marc-André Martin. Ce n’est pas très positif, vers où on s’en va. »

    Politique provinciale

    Politique