•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Limiter les exportations de pétrole à la C.-B, ce n’est pas du bluff, dit l’Alberta

Des tuyaux devant servir à transporter du pétrole avec, en arrière-plan, un réservoir dans la région de Kamloops, en Colombie-Britannique.

L'Alberta n'hésitera pas à limiter les exportations de pétrole vers la Colombie-Britannique si son gouvernement ne cesse pas de s'opposer à l'expansion du pipeline Trans Mountain.

Photo : Reuters / Chris Helgren

Radio-Canada

La ministre de l'Énergie de l'Alberta, Marg McCuaig-Boyd, affirme que le gouvernement albertain a la ferme intention de faire appliquer le projet de loi 12 en cas de besoin, contrairement à ce qu'affirme le procureur général de la Colombie-Britannique.

« On a déposé ce projet de loi et on a absolument l’intention de l’utiliser si on en a besoin », a répété Marg McCuaig-Boyd mardi.

Cette loi donnerait au gouvernement albertain le pouvoir de limiter les exportations de pétrole vers d'autres provinces.

Ainsi, si la Colombie-Britannique continue de s’opposer à l’expansion du pipeline Trans Mountain, l’Alberta pourrait décider de faire transporter l’essence par camion ou par train, pour libérer de l'espace dans le pipeline pour du bitume dilué, ce qui pourrait faire bondir le prix de l’essence chez sa voisine.

Le procureur général de la Colombie-Britannique, David Eby, a dit aux journalistes de l’Assemblée législative de la province, mardi, que ce projet de loi est inconstitutionnel.

Ce projet de loi est manifestement un bluff, [l'Alberta] n’a aucune intention de l’utiliser.

David Eby, procureur général de la Colombie-Britannique

« Si elle essayait de l’utiliser, on irait devant les tribunaux immédiatement pour demander une injonction afin de l'en empêcher », dit-il.

La majorité de l’essence utilisée en Colombie-Britannique est transportée dans le pipeline Trans Mountain existant.

Un projet de loi constitutionnel?

David Eby dit que son gouvernement essaie de décider s’il devrait contester le projet de loi devant la Cour avant qu’il soit adopté ou attendre qu’il ait été adopté.

La Colombie-Britannique pourrait aussi demander une injonction, si l'Alberta décide de limiter les livraisons de pétrole vers son voisin de l’ouest.

Marg McCuaig-Boyd souligne que, d'après des avis juridiques, ce projet de loi est constitutionnel.

« Je suis que nous sommes en position de force », dit-elle.

Les députés de l’Alberta ne débattront de ce projet de loi que la première semaine du mois de mai.

L’entreprise Kinder Morgan a fixé le 31 mai comme date butoir pour un accord au sujet de l’avenir du projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Industrie pétrolière