•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'affaire du « syndrome de La Havane » rebondit à Ottawa

Entrée de l'ambassade du Canada à Cuba

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les témoignages de diplomates canadiens sur de mystérieuses attaques dites acoustiques dans leurs résidences à Cuba ont suscité leur lot de réactions mardi, à la Chambre des communes, à Ottawa.

Il y a près d’un an, dans la capitale cubaine, des diplomates canadiens et américains auraient été la cible d’une mystérieuse attaque, qui leur aurait causé des symptômes de commotions cérébrales.

La députée néo-démocrate Hélène Laverdière, elle-même ancienne diplomate, n'a pas caché son inquiétude. Elle a déploré le fait qu'Ottawa n’ait pas donné « plus d’appui » aux membres du corps diplomatique et à leur famille.

Le gouvernement fédéral réitère qu’il a à cœur la santé de ses représentants à l’étranger.

Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie royale du Canada et le FBI, en collaboration avec les autorités cubaines, mais elle n'a rien révélé pour le moment.

Selon nos sources, le dernier cas de diplomate avec des symptômes de commotion cérébrale remonterait au mois de décembre dernier.

Les 24 diplomates américains touchés ont été examinés par une équipe médicale de l'Université de Pennsylvanie. On ignore si Ottawa permettra aux diplomates canadiens d'être examinés par la même équipe.

Avec les informations d’Azeb Wolde-Giorghis.

Politique fédérale

Politique