•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

15 des 18 députés libéraux fédéraux de C.-B. pour Kinder Morgan dans l'intérêt national

L'oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan
Des travailleurs de la compagnie Kinder Morgan installent au sol des segments de l'oléoduc Trans Mountain. Photo: Kinder Morgan
Radio-Canada

Les 18 députés libéraux fédéraux de la Colombie-Britannique ont été contactés le 16 avril, par Radio-Canada, pour connaître leur position sur le projet d'élargissement du pipeline Trans Mountain. La réponse des 15 députés en faveur du projet est presque identique.

Un texte de Julie Landry

La grande majorité a répondu par courriel avec cette phrase : « Le projet d'expansion de Trans Mountain est dans l'intérêt stratégique national. La décision que notre gouvernement a prise est dans l'intérêt national et je soutiens cette décision. »

Même le député de Coquitlam-Port Coquitlam, Ron McKinnon, a donné son appui à Justin Trudeau. C'est un changement de position, lui qui avait écrit une lettre au ministre des Ressouces naturelles, Jim Carr, en novembre 2016 lui disant que le projet ne devrait pas aller de l'avant. Il avançait que le projet était nuisible à la Colombie-Britannique, et qu'il n'aurait pas l'acceptabilité sociale.

Justin Trudeau et Ron Mckinnon sont assis dans le bureau du Premier ministreLe député de Coquitlam-Port Coquitlam Ron MckInnon discute avec le premier ministre Justin Trudeau Photo : http://rmckinnon.liberal.ca/

Seul Ken Hardie de Fleetwood-Port Kells a développé sa réponse. « Bien que j'aurais préféré que nous ayons fait une transition vers des sources énergétiques plus durable, lors des deux ou trois dernières chutes du prix de pétrole, il me paraît clair que nous avons maintenant la chance de nous diriger en ce sens, en utilisant les profits générés par nos ressources sur le marché, comme catalyseur. En ce sens, j'accepte le fait que le pipeline de Kinder Morgan est d'intérêt national et qu'il fait partie d'un équilibre que nous atteignons entre une croissance économique et la protection de l'environnement. »

Lors du débat d'urgence sur le sujet, lundi soir, à la chambre des communes, certains députés libéraux comme Sukh Dhaliwal et Gordie Hogg, ont donné leur appui au projet, rassurés par le plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars annoncés par les Libéraux.

Le plan de protection des océans est le meilleur plan jamais vu.

Sukh Dhaliwal, député de Surrey-Newton

Seuls trois députés n'ont pas répondu avant l'heure de tombée

Il s'agit de trois députés qui se sont déjà exprimés contre le projet d'oléoduc Trans Mountain.

Le terminal du pipeline se trouve dans la circonscription de Terry Beech, Burnaby Nord-Seymour. Il a admis, dans une vidéo publiée sur son site web, en décembre 2016, qu'il y avait de nombreux opposants au projet parmi ses électeurs. Même s'il a déjà voté contre une motion en chambre qui appuyait le projet de Kinder Morgan, il a aussi donné son appui au premier ministre Justin Trudeau.

Hedy Fry de Vancouver-Centre avait également voté contre cette motion. Elle avait aussi publiquement avoué son mécontentement quand le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le projet de Kinder Morgan allait aller de l'avant et elle a admis que cette décision lui fera mal aux prochaines élections.

La députée de Vancouver Quadra, Joyce Murray, elle, avait publiquement admis sa déception. Elle n'a cependant pas répondu à ce sondage maison avant l'heure de tombée.

Une position risquée

Les députés libéraux de la Colombie-Britannique sont un peu pris entre l'arbre et l'écorce, selon le professeur d'histoire à l'Université Simon Fraser et observateur politique, Nicolas Kenny. « Je trouve que c'est intéressant [de voir que], dans les prises de position publiques du parti libéral sur ce dossier, on a très peu entendu parler les députés de la Colombie-Britannique parce qu'ils savent qu'ils sont dans une situation très délicate. »

Nicolas Kenny fixe la caméra debout devant des arbres.Nicolas Kenny croit que le premier ministre Justin Trudeau fait un pari politique. Photo : Radio-Canada / William Desaulniers

Quoique les députés n'ont pas vraiment le choix de suivre la ligne du parti, ajoute-t-il, ils ne veulent pas être perçus comme quelqu'un qui n'est pas assez à l'écoute des gens qui ont voté pour eux.

Toute cette situation est un calcul politique très délicat, pour le parti libéral, pour Justin Trudeau.

Nicolas Kenny, observateur politique et professeur à SFU

Nicolas Kenny croit que certains des 18 députés vont être vulnérables lors des prochaines élections si M. Trudeau continue d'appuyer le projet de pipeline aussi fermement. D'après lui, Justin Trudeau prend le risque de perdre certains sièges en Colombie-Britannique, en essayant d'en gagner plus dans d'autres régions du Canada.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale