•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario financera plus de postes de résidence pour les médecins diplômés

Médecin tenant un stéthoscope.

Un médecin avec un stéthoscope.

Photo : iStock

CBC News

Le gouvernement de l'Ontario a déclaré mardi qu'il allait créer plus de postes de résidence pour aider à répondre à la demande de médecins à travers la province.

« La province travaille avec les facultés de médecine pour créer davantage de places de résidences spécialisées pour les diplômés qui n’ont pas obtenu de poste. Nous allons nous assurer que tous les diplômés obtiennent une place », a déclaré le ministère de la Santé et des Soins de longue durée par voie de communiqué, mardi.

Les diplômés des facultés de médecine doivent suivre des années de formation supervisée ou de résidence dans le but de devenir spécialistes, par exemple en médecine familiale, en chirurgie générale ou en neurologie avant de pouvoir exercer la médecine au Canada.

Les diplômés qui occuperont les places de résidence nouvellement annoncées seront tenus de fournir un service pendant deux ans dans les communautés insuffisamment desservies de la province, comme les régions du Nord de l'Ontario.

Les nouveaux postes de résidence seront disponibles pour les candidats qui n’ont pas trouvé de poste et qui ont gradué en 2018 et 2017, a déclaré une porte-parole du ministère.

Le gouvernement de l'Ontario affirme qu'il investirait jusqu'à 23 millions de dollars sur six ans pour créer plus de places de résidence à l'échelle de la province pour les diplômés des facultés de médecine.

Le portrait d'une femme

Salpy Kelian

Photo : Radio-Canada / Craig Chivers/CBC News

Moins de postes de résidence

Selon l'Association des facultés de médecine du Canada, qui représente les 17 facultés de médecine du pays, le nombre de postes de résidence offerts aux diplômés canadiens a diminué au fil du temps.

Le Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS) utilise un algorithme pour faire correspondre les préférences des étudiants en médecine aux préférences des universités après les demandes et ainsi qu’une série d’entrevues.

Mardi, CaRMS a publié le nombre de postes de résidence qui n’ont pas été pourvus par un diplômé en médecine du Canada après deux tours.

Salpy Kelian, de Waterloo en Ontario, veut être chirurgienne. Elle n'a pas réussi à trouver un poste lors du dernier tour de la semaine dernière, mais elle se dit optimiste suite à l’annonce du gouvernement.

« C'est un excellent signe, ils écoutent ce que les gens disent et prennent en considération les besoins des élèves », a déclaré Mme Kelian.

Malgré tout, elle reste prudente. « Jusqu'à ce que je vois les chiffres réels et ce qu'ils proposent plus clairement, c’est difficile de me montrer enthousiaste. »

La Dre Geneviève Moineau, directrice générale de l'Association des facultés de médecine du Canada, a déclaré dans un communiqué que l'AFMC a hâte de travailler avec le ministère et tous les bailleurs de fonds provinciaux pour trouver des solutions à long terme et pour 2019.

Toronto

Politique provinciale