•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée des beaux-arts du Canada souhaite acquérir seul la toile de David

Les explications de Kevin Sweet
Radio-Canada

Le directeur du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), Marc Mayer, ferme la porte à l'acquisition conjointe du tableau Saint Jérôme entendant la trompette du Jugement dernier avec le Musée de la civilisation de Québec et le Musée des beaux-arts de Montréal.

Un texte de Kevin Sweet

Le dirigeant du MBAC compte faire cavalier seul quant à l’acquisition du tableau du peintre français Jacques-Louis David, qu’il qualifie de « trésor national » et qui est actuellement exposé au Musée des beaux-arts de Montréal.

M. Mayer précise que le tableau est trop vieux, trop fragile et que le coût des assurances associé à son transport serait beaucoup trop élevé pour une garde partagée à trois.

« On n'est pas là pour financer les acquisitions des autres musées canadiens », a-t-il ajouté du même souffle, en entrevue à Radio-Canada, mardi.

Ce n’est pas un enfant d’un couple divorcé qu’on trimbale entre deux maisons.

Marc Mayer, directeur du Musée des beaux-arts du Canada

La veille, le directeur général du Musée de la civilisation de Québec, Stéphan La Roche, qui est aussi intéressé par le tableau de David, disait avoir « une main tendue » dans l’espoir d’une collaboration entre les trois institutions.

Marc Mayer en entrevue dans les studios de Radio-CanadaLe directeur du Musée des beaux-arts du Canada, Marc Mayer, affirme qu'il serait trop compliqué de faire l'acquisition du tableau du peintre français Jacques-Louis David en commun avec d'autres musées. Photo : Radio-Canada

Un musée à Londres était aussi intéressé

La Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Québec, propriétaire du tableau, demande 5 millions de dollars américains (environ 6,28 millions de dollars canadiens) pour la toile peinte en 1779. Il y a deux ans, les propriétaires ont sollicité trois musées canadiens différents, dont le MBAC, pour leur offrir d'acquérir l'oeuvre.

Or, ce qui semble avoir précipité l'offre du Musée des beaux-arts du Canada, déposée en décembre dernier, c’est l’intérêt démontré pour le Saint Jérôme par la National Gallery de Londres, en Angleterre.

Ils nous ont dit qu’on leur a proposé l’oeuvre. Ils étaient un peu étonnés qu’une oeuvre comme ça puisse quitter le Canada.

Marc Mayer, directeur du Musée des beaux-arts du Canada

« On s’est fait dire par notre collègue à Londres : "Quand même, c’est juste 5 millions de dollars américains pour un tableau extraordinaire, bien sûr qu’on le voudrait" », a raconté M. Mayer.

Les dirigeants du MBAC devaient trouver l’argent nécessaire, et ce, le plus rapidement possible, pour « bloquer » la vente du David et l’empêcher de quitter le pays. C’est pourquoi le conseil d’administration du Musée a décidé de mettre en vente aux enchères la toile La tour Eiffel, de Marc Chagall.

Le tableau « La Tour Eiffel » de Marc Chagall.Ce tableau de Marc Chagall sera vendu aux enchères à New York. Photo : Musée des beaux-arts du Canada

Un tollé au Québec

M. Mayer s’étonne du tollé que la transaction potentielle suscite au Québec. En entrevue à Radio-Canada, lundi, Stéphan La Roche, le directeur général du Musée de la civilisation de Québec, citait l’importance de la toile pour « l’histoire du Québec et l’identité nationale ».

« On n'est pas en train d'envoyer [la toile de David] en Arabie saoudite, en Chine ou en Russie, mais à Ottawa, quand même! » a répliqué M. Mayer.

Les dirigeants du Musée de la civilisation de Québec, qui est dépositaire de la toile depuis 1995, ont un premier droit de refus et ont jusqu’à la mi-juin pour trouver la somme nécessaire afin de conserver le tableau. S'ils y parviennent, M. Mayer n'entend pas du tout faire monter les enchères.

« Jamais de la vie est-ce qu’on va s’accrocher avec nos soeurs institutions à Québec et Montréal pour une chose pareille! Bien sûr que non », a-t-il fait valoir.

Ottawa-Gatineau

Arts visuels