•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le temps perdu dans les bouchons du soir a doublé en 4 ans au nord de Montréal

    La circulation dense à l'heure de pointe sur l'autoroute 15 Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Depuis 2014, le nombre d'heures perdues dans la congestion routière a augmenté en moyenne de 46 % et a même doublé, le soir, à l'heure de pointe, selon une étude réalisée dans la région de Laval et de la Rive-Nord.

    Un texte de Jean-Sébastien Cloutier et Romain Schué

    Entre 2014 et 2017, cette augmentation a été de 107 % le soir, entre 15 h 30 et 18 h 30. Le matin, de 6 h à 9 h, cette hausse a été de 27 %. En dehors de ces heures de circulation difficiles, aucun changement n'a été constaté.

    C’est ce qu’indique le rapport commandé par la Société de transport de Laval (STL) et consulté par Radio-Canada.

    Souhaitant dresser un portrait de l’évolution de la congestion, la STL a mandaté en novembre dernier la firme WSP, qui a analysé 32 corridors sur l’île de Laval et sur la partie nord de la couronne de Montréal, pour un total de 170 km.

    Seul le réseau supérieur a été observé, en se fiant notamment à des mesures provenant de GPS de véhicules personnels. Les voies de service et les échangeurs ont été exclus, tout comme les routes en milieu urbain.

    Durant cette même période, le parc automobile a augmenté en moyenne de 8 % sur l’ensemble des routes analysées dans cette étude. Cela représente 134 000 véhicules supplémentaires par jour dans les corridors étudiés.

    L’augmentation la plus forte du nombre de véhicules a été signalée en période de pointe, le soir, avec  11 %. Le matin, elle a été de 8 %.

    Forte progression des retards prévue d'ici 2021

    Ce rapport s’est également penché sur une tendance pour les quatre prochaines années. D’ici 2021, le volume automobile augmenterait de 5 % selon cette tendance.

    Cette petite hausse aurait de lourdes conséquences. Elle entraînerait une augmentation moyenne de 38 % des retards liés à la congestion et, spécifiquement, de 146 % en dehors des périodes de pointe.

    Cette situation serait causée « par le changement d’habitude des automobilistes qui cherchent à éviter les périodes de pointe en partant plus tôt ou plus tard de la maison pour le travail », peut-on lire dans ce document.

    Le nombre d’heures perdues serait en hausse de 37 %, selon cette projection.

    Globalement, les retards augmenteraient sept fois plus rapidement que le nombre de véhicules entre 2017 et 2021, contre six fois pour la période précédente.

    L'autoroute 15, la plus touchée

    Plusieurs secteurs sont particulièrement touchés par l'évolution de cette congestion routière.

    Les retards sur l’autoroute 15 ont progressé de 58 % au cours des quatre dernières années. Ils augmenteront encore de 45 % d’ici 2021.

    En direction sud, entre Sainte-Thérèse et Blainville, une hausse de 104 % des retards est prévue. Sur le même axe, entre Sainte-Rose et Fabreville, une croissance de 28 % du temps perdu est évoquée.

    L'A-19 et la R-335 devraient quant à elles connaître la plus forte hausse des retards, soit 48 %.

    Sur l'A-19, en direction de Montréal, on parle même d'une augmentation de 67 % du nombre d'heures perdues.

    Par ailleurs, des secteurs habituellement fluides, tels que Rosemère et Boisbriand, devraient eux aussi connaître des retards récurrents dans les deux directions d'ici 2021.

    « Il faut réagir »

    Les maires de la Rive-Nord, interrogés par Radio-Canada, sont unanimes. « La situation ne peut plus durer », clame Jean Bouchard, maire de Mirabel.

    « Les chiffres parlent d’eux-mêmes. C’est quotidien, les citoyens nous parlent tous les jours de la congestion qui, jour après jour, s’allonge sur nos artères principales. Ça nous inquiète. On veut absolument qu’il y ait des choses qui bougent », renchérit Richard Perreault, maire de Blainville.

    Selon Jean Bouchard, Québec doit « réagir ». « C’est un message clair qu’il faut envoyer au gouvernement. Il faut investir. »

    Grand Montréal

    Transports