•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’agrile du frêne atteint Trois-Rivières

L'agrile du frêne.

Un agrile du frêne est retiré d'un arbre infecté. L'agrile a été détecté pour la première fois en Amérique du Nord en 2002, mais probablement qu’il serait arrivé beaucoup plus tôt.

Photo : Associated Press / Mike Groll

Radio-Canada

La Ville de Trois-Rivières annonce avoir identifié pour la première fois la présence de l'agrile du frêne sur son territoire. Un foyer d'infestation a été découvert en mars dans le parc Antoine-Gauthier, dans le secteur Pointe-du-Lac.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) aurait identifié des larves d’agrile du frêne récoltées après l’écorçage des arbres dans ce parc. Il s’agit du seul foyer d’infestation identifié sur le territoire trifluvien jusqu’à maintenant.

La Ville indique qu’elle déclenchera sous peu un plan d’action afin de minimiser les dégâts causés par l’insecte sur les terrains privés et publics.

Près de 4000 frênes ont été recensés sur le territoire de Trois-Rivières : 1950 frênes sont situés sur des terrains publics, et 1940 ont été répertoriés sur les terrains privés des secteurs centraux. La Ville travaille toutefois toujours à recenser les arbres dans les secteurs en périphérie de son territoire.

Mercredi, des experts de l'entreprises GDG Environnement effecturont des tests sur les arbres infectés du parc Antoine-Gauthier à l'aide d'un produit expérimental aux champignons.

Depuis le début de l’année, le territoire de Trois-Rivières et la majorité de la région de la Mauricie sont inclus dans une zone réglementée établie par l’ACIA. Il est donc interdit de déplacer tout produit du frêne, comme des billes, des copeaux ou toute essence de bois de chauffage.

L’agrile du frêne a déjà ravagé des milliers d’arbres en Amérique du Nord, notamment à Québec et Montréal.

Mauricie et Centre du Québec

Protection des écosystèmes