•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en valeur de la fosse du Labrador : les Innus disent ne pas avoir été consultés

Communauté innue de Uashat-Maliotenam

Communauté innue de Uashat-Maliotenam

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les conseils de bande de Uashat-Maliotenam et de Matimekush-Lac John affirment ne pas avoir été consultés dans le cadre de l'entente entre Québec et Terre-Neuve pour la mise en valeur de la fosse du Labrador.

Un texte de Émile Duchesne

Selon le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie, Terre-Neuve et Québec n'ont pas respecté la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et les obligations juridiques de consulter et d'assurer le consentement libre et éclairé des peuples autochtones avant de parapher l'entente.

Ils ont l’obligation de consulter les premières nations. On a eu beaucoup de jugements au Canada en droit autochtone, alors ils savent très bien qu’il y a des droits [pour les] des premières nations.

Mike McKenzie, chef de Uashat-Maliotenam
Le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie

Le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie

Photo : Radio-Canada

Les Innus affirment posséder des droits ancestraux sur la fosse du Labrador puisqu’elle se trouve en grande partie sur leur territoire traditionnel.

Mike McKenzie est dérangé par le fait que l’entente entre Québec et Terre-Neuve fasse abstraction des revendications territoriales globales et du conflit juridique entre les Innus et la compagnie minière IOC.

On sait tous qu’on a une revendication territoriale globale qui est située aussi sur le territoire du Labrador. Il y a des droits ancestraux et il y a un titre aborigène qui existe toujours au Labrador.

Mike McKenzie, chef de Uashat-Maliotenam

De son côté, le chef de Matimekush-Lac John, Tshani Ambroise, affirme que sans la participation des Innus, aucun projet dans la fosse du Labrador ne pourra voir le jour.

Côte-Nord

Autochtones