•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plan de redressement et nouvelle approche pour la Maison Maguire

Une chambre à la Maison McGuire
Une chambre à la Maison Maguire Photo: Radio-Canada

La Maison Maguire de Carleton-sur-Mer se donne un plan de redressement financier et de nouvelles orientations d'intervention. L'organisme offre du répit aux parents d'enfants handicapés.

La Maison, qui couvre l'ensemble de la Gaspésie, devait résorber un déficit anticipé de 70 000 $ sur un budget de 380 000 $. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) finance la moitié de cette somme.

Les dirigeants ont choisi de modifier les horaires et de réduire les activités à quatre jours par semaine en plus d'offrir des répits de 48 heures.

L'organisme se donne aussi une nouvelle approche d'intervention, avec l'embauche d'éducateurs spécialisés, tout en augmentant le ratio de bénéficiaires par intervenante.

Maison MaguireMaison Maguire Photo : Radio-Canada

La Maison Maguire compte jusqu'à une quinzaine d'employés. La direction espère augmenter l'achalandage parce que le centre est sous-utilisé, selon la présidente Dorothée Leblanc.

« On a essayé depuis quelques mois de faire un changement de culture et ce n’est pas toujours évident, dit-elle. Il y a des dommages collatéraux. Des employés sont partis. On respecte leur choix, mais en plus d’un milieu de soins, on souhaite que ça devienne un milieu de vie. »

Mme Leblanc espère aller plus loin dans les interventions auprès des personnes qui fréquentent la maison.

« On veut qu’il y ait des plans d'action, des plans d'intervention, par rapport à certaines personnes qui viennent ici. On veut être plus pointus. On veut améliorer la qualité de vie de ces personnes-là. On ne veut pas que ça stagne. Si on peut les amener plus loin, on va les accompagner afin qu’elles développent leur autonomie », envisage-t-elle.

La directrice donne en exemple une personne qui a peu de motricité fine. Les intervenants pourraient essayer de l’aider à apprendre à tenir un crayon et à la stimuler à le faire.

D'après les informations de Pierre Cotton

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé