•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydrocarbures : Rimouski demande au gouvernement d’amender sa réglementation

Un puits de gaz de schiste
Un puits de gaz de schiste Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le conseil municipal de Rimouski a adopté lundi soir une motion qui demande au gouvernement provincial d'amender ses orientations en matière d'exploitation d'hydrocarbures. Il adhère ainsi à la position de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) dans ce dossier.

Un texte d’Édith Drouin

Les membres du conseil municipal de la Ville de Rimouski sont d’avis que les sources d'eau potable doivent être mieux protégées, indique le maire de Rimouski, Marc Parent. Ils ont d'ailleurs voté à l’unanimité en faveur de la motion.

Rimouski demande à ce que les orientations gouvernementales incluent les éléments suivants :

  • Permettre aux municipalités de délimiter les territoires incompatibles avec les activités reliées aux hydrocarbures dans leur schéma d'aménagement et de développement ;
  • permettre aux municipalités de protéger leurs sources d'eau potable via l'identification de territoires incompatibles ;
  • s'assurer du non-renouvellement des droits des claims lorsqu'ils viennent à échéance.

Le conseil municipal avait déjà adopté en mars 2017 une résolution demandant à la ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Isabelle Melançon, de permettre aux municipalités d’augmenter la distance séparatrice entre sites forages et les sites de prélèvement d’eau potable de son territoire.

En l’absence de réponse, la nouvelle résolution vise à relancer la ministre.

On voulait simplement réitérer l’importance de donner aux municipalités le pouvoir de s’assurer que l’exploitation des hydrocarbures n’aura aucun impact sur les sources d’approvisionnement en eau.

Marc Parent, maire de Rimouski

Marc Parent affirme par ailleurs que des indications laissent présager que Québec « aurait une ouverture d'esprit pour répondre aux attentes des municipalités à cet égard. »

Selon ses informations, la ministre Isabelle Melançon aurait rencontré vendredi des représentants des groupes de municipalités qui militent en faveur d'une modification réglementaire.

Bas-Saint-Laurent

Environnement