•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une poursuite contre Chevron pour pollution en Amazonie devant un tribunal canadien

Une Équatorienne manifeste à l'extérieur de la Cour constitutionnelle de Quito en 2016 pour marquer le 23e anniversaire du dépôt de la poursuite.
Une Équatorienne manifeste à l'extérieur de la Cour constitutionnelle de Quito en 2016 pour marquer le 23e anniversaire du dépôt de la poursuite. Photo: Associated Press / Dolores Ochoa

Des paysans et Autochtones équatoriens seront en Cour d'appel de l'Ontario mardi et mercredi pour tenter d'obtenir 9,5 milliards de dollars américains de la compagnie pétrolière Chevron.

Dans les années 1990, les plaignants, qui représentent 30 000 Équatoriens, ont intenté une poursuite contre Texaco, qui a été achetée par Chevron en 2000.

Ils reprochent à la compagnie d’avoir pollué, au cours des années, des centaines d’hectares de forêt amazonienne, d’avoir déversé notamment du pétrole brut et de l’eau contaminée par des substances toxiques.

Ils estiment que cela a eu de graves conséquences sur leur santé, leur capacité à gagner leur vie et leur culture.

Un enseigne de station service de ChevronLes plaignants veulent obtenir les 9,5 milliards $US accordés par un tribunal équatorien. Photo : Associated Press / Alan Diaz

Un tribunal de l’Équateur leur a donné raison, mais Chevron ne fait plus d’affaires dans ce pays.

Les plaignants se sont donc tournés vers les tribunaux d’autres pays, dans lesquels la compagnie est toujours présente, dans le but de faire appliquer le jugement.

En 2015, la Cour supérieure de l’Ontario a rejeté la requête des villageois équatoriens.

Le juge Glenn Hainey a estimé que Chevron Canada ne pouvait être tenue responsable des dettes de sa société mère, Chevron Corp., puisque ce sont des entités différentes.

Les plaignants contestent cette décision et estiment que la filiale canadienne de Chevron doit payer les dommages et intérêts que le tribunal équatorien leur a accordés.

Avec les informations de La Presse canadienne

Pollution

Environnement