•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gerald Stanley ne pourra posséder d'arme à feu pendant 10 ans

Gerald Stanley quitte la Cour du Banc de la Reine.
Le fermier faisait face à deux accusations pour entreposage inapproprié, dont l'une a été retirée. Photo: La Presse canadienne / Liam Richards

Le fermier acquitté du meurtre au deuxième degré du jeune Autochtone Colten Boushie a plaidé coupable d'entreposage non sécuritaire d'armes à feu dans sa propriété, à Biggar, en Saskatchewan.

Gérald Stanley faisait face à deux accusations pour entreposage inapproprié d'armes à feu, dont l'une qui a été retirée.

Après avoir plaidé coupable lundi à la Cour provinciale de North Battleford, M. Stanley doit payer une amende de 3000 $ en plus d'être frappé d'une interdiction de posséder une arme à feu pendant 10 ans.

Meurtre par balle

Colten Boushie a reçu une balle dans la tête après s'être introduit avec un groupe d'amis dans la ferme de M. Stanley en août 2016.

Le fermier a été acquitté, en février dernier, après un procès de deux semaines. La Couronne de la Saskatchewan ne fait pas appel de la décision du jury.

Sept armes mal entreposées

L'arme du crime, un Tokarev russe, ne fait pas partie de la liste des sept armes à feu sur laquelle portent les accusations.

Douze armes à feu ont été retrouvées chez M. Stanley, a déclaré lors du procès Terry Heroux, le caporal de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui était responsable de la scène du crime.

Parmi celles qui auraient été entreposées de façon inappropriée par M. Stanley, certaines étaient accrochées à des supports muraux. D'autres ont été retrouvées dans un bureau du sous-sol dans lequel il y avait un bureau, un ordinateur, des photos de famille, des livres et des DVD, a révélé la GRC.

Une carabine et un fusil de chasse ont été retrouvés à côté d'un lit dans une chambre au rez-de-chaussée de la ferme.

Gerald Stanley a témoigné au cours de son procès qu'il utilisait normalement cette arme pour faire fuir les coyotes.

Le jour où Colten Boushie a été abattu, son fils et lui avaient l'intention de tirer sur des cibles, selon lui.

Saskatchewan

Procès et poursuites