•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les reliques du diocèse de London suscitent une frénésie internationale

Le diocèse de London conservait environ 250 reliques.
Le diocèse de London conservait environ 250 reliques. Photo: CBC / Stacey Janzer

Le diocèse de London a reçu un nombre incalculable de demandes pour ses reliques. Les innombrables courriels et appels téléphoniques ont commencé à la suite de la republication d'un article de CBC par une agence de presse, qui laissait croire que le diocèse se débarrassait de ses 250 reliques.

Le diocèse de London a reçu un grand nombre de messages depuis la publication d'un article de CBC plus tôt ce mois-ci sur les reliques qu'il conservait.

Des gens de partout dans le monde, dont des États-Unis, d'Allemagne, d'Australie et de Thaïlande ont approché le diocèse dans l’espoir de mettre la main sur une relique.

Les gens étaient prêts à prendre l’avion jusqu’au Canada pour se procurer une relique.

Debra Majer, archiviste du diocèse de London
Une femme sourit à la caméra avec des archives derrière elle. Elle tient dans ses mains une petite relique. Debra Majer classe et conserve les reliques au diocèse de London. Photo : Radio-Canada / Stacey Janzer/CBC News

L'archiviste du diocèse, Debra Majer, dit que la pluie de demandes a été provoquée par la reprise de l’article de CBC par une agence de presse chrétienne qui a changé le titre original en indiquant que le diocèse « donnait plus de 250 reliques ».

Une information qui n’est pas tout à fait vraie, selon l’archiviste, alors que le diocèse tient à ce que les reliques demeurent dans la région, ou du moins au Canada.

La réceptionniste du diocèse n’avait jamais reçu autant d’appels téléphoniques en 14 ans de carrière.

L’archiviste a quant à elle enregistré un message sur sa boîte vocale et programmé une réponse automatique dans son compte courriel soulignant que si la demande était au sujet des reliques, il n’y en avait aucune à donner.

Depuis la publication de l'article original de CBC, une quinzaine de reliques ont été remises à des gens qui en ont fait la demande.

Nous ne pouvons pas commencer à envoyer ces os aux États-Unis, ou ailleurs dans le monde. Je ne peux pas imaginer ce que les douaniers en feraient.

Debra Majer, archiviste du diocèse de London
Gros plan sur une petite amulette avec un document en latin en-dessous. Certaines reliques ont été amenées à London dans les années 1700. Photo : Radio-Canada / Stacey Janzer/CBC News

Les objets religieux comprennent entre autres des cheveux et des dents de saints.

L’auteure de l’article sur le site web d’Aleteia, Zelda Caldwell, dit avoir contacté le diocèse afin de savoir si les reliques étaient en effet disponibles.

Elle espère que le diocèse « n’a pas été submergé d’appels téléphoniques ».

Toronto

Croyances et religions