•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour de la radio amateur au Pavillon secondaire des Quatre-Vents

Un jeune tient un microphone dans sa main, à côté de son professeur.
Un élève du Pavillon secondaire des Quatre-Vents apprend à se servir d'une station de radio amateur sous les conseils du professeur Daniel Dion. Photo: Radio-Canada / Carl Sincennes
Radio-Canada

Après 50 ans d'absence, la radio amateur a refait son apparition entre les murs du Pavillon secondaire des Quatre-Vents (anciennement l'école publique Robert Usher) en janvier 2018.

Un texte de Carl Sincennes

C'est dans une salle de classe de physique que Daniel Dion dirige la station de radio amateur VE5FSK, en compagnie de quelques élèves de l'École Monseigneur de Laval. Selon l'enseignant, c'est d'ailleurs le seul projet de cette nature à Regina et le seul francophone en Saskatchewan.

« Quand des gens voient notre indicatif, VE5 pour la Saskatchewan, ça surprend les amateurs francophones », s'exclame-t-il.

Avec ses conseils, les élèves peuvent essayer toutes sortes de choses sur le plan de l'électronique, de la physique, des sciences, des mathématiques et même de la géographie. Il espère même que certains élèves obtiendront un jour leur certificat d'opérateur de radioamateur, délivré par Industrie Canada.

Zachary Morin-Barich, est l'un des étudiants les plus assidus. Grâce aux leçons de l'enseignant, il apprend peu à peu le code morse et l'alphabet phonétique entre autres.

J'aime le fait qu'on peut parler aux gens qui sont loin de notre pays.

Zachary Morin-Barich, participant au projet de radio amateur VE5FSK

Contrairement aux stations de radio étudiantes traditionnelles, où on diffuse des émissions sur les ondes FM ou AM, la radioamateur se fait grâce aux ondes courtes, permet d'envoyer et de recevoir des messages et est plutôt de nature informelle. Avec des élèves passionnés, Daniel Dion tente d'entrer en contact avec des radioamateurs de partout dans le monde.

On a réussi à faire un échange de communication avec une dizaine de pays. Une passion, c'est de voir où on peut se rendre, le plus loin possible, de découvrir le monde.

Daniel Dion, opérateur de la radio amateur VE5FSK

La radio amateur pour traverser le rideau de fer

Daniel Dion explique que la radio amateur a permis de passer outre le fameux rideau de fer durant la guerre froide et de s'adresser à des gens situés dans les pays du bloc communiste.

« Les radioamateurs savaient ce qui se passait en Russie », explique-t-il. « Même si on ne parle pas trop de politique, ce n'était pas une surprise pour nous. »

D'après lui, dans certains pays, les gens utilisaient les ondes courtes plutôt que les interurbains. Il cite en exemple des familles coréennes qui parlaient à des membres de leur famille installés aux États-Unis.

Sur les ondes, il est interdit de :

  • faire de la propagande
  • diffuser de la publicité et de la musique
  • discuter d'affaires étrangères entre deux pays
Source : Daniel Dion

Saskatchewan

Éducation