•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD promet des garderies à 12 $ par jour en moyenne

La chef du Nouveau Parti démocratique ontarien, Andrea Horwath
La chef du Nouveau Parti démocratique ontarien, Andrea Horwath Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
Radio-Canada

Garderies gratuites pour les familles avec un revenu de moins de 40 000 $, et indexées au revenu pour les autres : il s'agit de la promesse électorale principale du programme du Nouveau Parti démocratique de l'Ontario.

La chef néo-démocrate, Andrea Horwath, a dévoilé le programme électoral de son parti, lundi. Celui-ci comprend un plan pour les garderies de la province dans lequel la moyenne des Ontariens paieraient 12 dollars par jour par enfant. Le parti n'a cependant pas dévoilé de plan précis par tranche de revenu.

Le NPD s’engage du même coup à augmenter le nombre d’éducateurs et d’éducatrices en garderie ainsi qu'à hausser leur salaire.

Autre promesse : l’équipe d’Andrea Horwath annonce qu'elle transformera tous les prêts étudiants offerts par la province en bourses et qu'elle annulera les dettes de ceux qui doivent rembourser un prêt étudiant ayant été reçu de la province.

Une photo d'un cahier avec la cheffe du NPD sur le dessusLe programme du NPD Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Afin de payer pour ses promesses, le NPD entend hausser les impôts chez les plus nantis : de 1 % pour les Ontariens qui ont un salaire annuel de plus de 220 000 $ et de 2 % pour ceux qui gagnent plus de 300 000 $.

Le NPD veut de plus hausser l’impôt sur les profits des entreprises (de 11,5 % à 13 %).

Le plan néo-démocrate comprend aussi une « taxe de luxe » de 3 % à l’achat d'un véhicule de 90 000 $ et plus.

L’ensemble des nouvelles promesses totalisent plus de 5 milliards de dollars pour la première année d’un mandat et près de 14 milliards de plus à la quatrième année.

Peu d’engagements pour la francophonie

Côté éducation, le NPD réaffirme son engagement envers l’Universite de l’Ontario français. C’est l’unique promesse ferme pour les francophones de l’Ontario. Les documents de la plateforme électorale soulignent un désir de protéger et d’étendre l’accès aux services de santé en français, mais sans plus de détails.

Le Parti libéral a d'ailleurs remarqué la même chose et a saisi la balle au bond : dans un communiqué publié en fin d'après-midi, le parti écrit que « le NPD ignore la francophonie et la communauté franco-ontarienne ». Dans ce communiqué, le parti de Kathleen Wynne affirme que « les néo-démocrates à Queen’s Park sont les premiers à fustiger chacune des initiatives engagées par le gouvernement libéral envers les franco-ontariennes et franco-ontariens, (mais) la désillusion est grande : le NPD n’a ni projet ni idée pour soutenir les francophones. »

Autres promesses déjà annoncées

- Assurance médicaments
Le NPD promet de mettre en place un programme d’assurance médicaments pour tous les Ontariens, contrairement au programme implanté par le gouvernement libéral qui ne couvre que les enfants et les jeunes adultes de moins de 25 ans. Le programme que veut implanter le NPD couvrirait 125 médicaments et coûterait 475 millions de dollars par année.

- Assurance dentaire
Le parti promet aussi de permettre à 4,5 millions d’Ontariens sans assurance dentaire de visiter le dentiste sans avoir à payer le plein prix pour les services.

- Électricité
Les néo-démocrates s’engagent à réduire les factures d’électricité de l’ordre de 30 % et d’uniformiser les frais de livraison sur les factures, qui varient selon les distributeurs d’électricité. Ils sont par exemple de 30 $ à Hawkesbury, mais de plus de 50 $ à Toronto. De plus, le NPD promet de racheter les actions d’Hydro One qui ont été vendues et de reprendre le contrôle de la société à 100 %. Le parti veut aussi mettre un plafond sur les profits que peuvent réaliser les entreprises privées dans le secteur de l’électricité.

Toronto

Politique provinciale