•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des bonis pour les transports collectifs performants

    Un autobus du RTC à Québec.

    Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

    Radio-Canada

    La patience des usagers du transport en commun est souvent mise à rude épreuve. Le gouvernement Couillard pense avoir trouvé une solution pour améliorer les services : il offrira des bonis aux réseaux les plus performants, plutôt que de pénaliser ceux qui le sont moins, a appris Radio-Canada.

    Un texte de Véronique Prince, correspondante parlementaire à Québec

    Les sociétés de transport devront d’abord présenter leurs objectifs au ministère des Transports. Celui-ci les évaluera à la fin de l’année à l’aide d’une grille comportant plusieurs critères, dont la ponctualité, la fiabilité, la sécurité, l’augmentation des services et l’entretien des équipements. Et une bonne note donnera droit à une subvention additionnelle.

    « C’est une récompense pour la performance qui est non récurrente », indique le ministre des Transports, André Fortin.

    Les sociétés de transport devront présenter leur candidature pour être admissibles.

    « Il faut qu’elles nous donnent un plan d’optimisation sur trois ans et qu’elles nous disent comment elles vont optimiser leurs services, explique le ministre. Ensuite, on va regarder leurs données de l’année dernière. Est-ce qu’il y a eu moins d’accidents par kilomètre que l’année précédente? Est-ce que les horaires sont plus respectés que l’année d’avant? Est-ce qu’on en fait plus avec moins? […] Les sociétés de transport pourront développer des plans d’optimisation basés sur leur réalité à elles. »

    Il cite en exemple les trains de banlieue du Réseau de transport métropolitain (RTM), dont le directeur général a dû présenter des excuses aux usagers pour le manque de ponctualité et les pannes à répétition au cours des derniers mois.

    C’est sûr que le RTM n’aurait pas accès à ces sommes-là, parce que la fiabilité n’est certainement pas au rendez-vous en ce moment.

    André Fortin, ministre des Transports

    Le RTM aurait terminé l’année bredouille, mais le ministre Fortin indique que la Société de transport de Montréal (STM), de son côté, aurait eu droit à la prime, malgré un nombre record de pannes de métro.

    Selon lui, elle a démontré sa volonté d’offrir un meilleur service avec l’achat de 300 nouveaux autobus. « Le renouvellement de l’équipement fait partie de l’amélioration de la performance », souligne-t-il.

    Lorsque le programme sera mis en place, plus tard cette année, les sociétés de transport les plus performantes pourront se partager une enveloppe de 45 millions de dollars.

    Une mesure bien reçue

    Trajectoire Québec voit cette nouvelle mesure d’un très bon œil.

    « On l’accueille très bien, dit son président François Pépin. Tout ce qui peut améliorer la situation au niveau du transport collectif et bonifier les programmes d’aide actuels va permettre d’offrir plus de services de façon plus efficace aux citoyens des différentes villes du Québec. »

    Le Réseau de transport de la Capitale (RTC), à Québec, militait pour ce genre d’incitatif.

    Le président du conseil d’administration du RTC, Rémy Normand, croit que ces subventions additionnelles sont une forme de compensation pour les sociétés de transport performantes qui sont pénalisées, selon lui, par la méthode de calcul du ministère.

    « Les subventions du ministère des Transports sont basées sur le nombre d’heures de service dispensées aux usagers durant l’année, explique-t-il. Par exemple, si on avait prévu donner 1 million d’heures de service, mais qu’on est finalement plus efficace et qu’on donne 990 000 heures de service, on a une subvention moins importante. Pourtant, on a fait économiser des heures de service par notre productivité. »

    Politique provinciale

    Politique