•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici le Tratayenia rosalesi!

Représentation artistique du Tratayenia rosalesi.
Représentation artistique du Tratayenia rosalesi Photo: Musée d'histoire naturelle de Carnegie/Andrew McAfee
Radio-Canada

Les restes fossilisés d'un squelette découvert il y a une dizaine d'années dans le nord de la Patagonie argentine appartiennent à une espèce inconnue à ce jour de dinosaures carnivores qui peuplaient cette région de l'Amérique du Sud à la fin du Crétacé, il y a environ 85 millions d'années.

Un texte d'Alain Labelle

Ce dinosaure théropode Megaraptora appelé Tratayenia rosalesi arborait de longues griffes et avait la taille d’un camion.

On ne connaît pas beaucoup de spécimens de Megaraptora.

Domenica dos Santos, Université nationale de Comahue

Le dinosaure a été identifié à partir de vertèbres du dos et d’ossements de la hanche et du bassin. Si ce squelette est incomplet, il présente des caractéristiques uniques qui permettent de confirmer qu’ils appartiennent à une nouvelle espèce.

Des caractéristiques qui donnent un aperçu de l’anatomie particulière de ces carnivores peu connus.

« Les vertèbres de Tratayenia rosalesi présentent des caractéristiques assez bizarres », explique le paléontologue Matt Lamanna du Musée d’histoire naturelle Carnegie de Pittsburgh aux États-Unis.

Grâce à cette découverte, les paléontologues comprennent quand même mieux à quoi ressemblaient ces dinosaures et comment ils se comportaient.

Ils possédaient un crâne proportionnellement long et bas, des dents très pointues et des os remplis de poches d’air, à l’image de ceux des oiseaux modernes.

En outre, ils possédaient de longs et puissants membres antérieurs munis de gigantesques griffes sur les deux doigts les plus imposants de chaque patte qui permettaient d’attraper et de maîtriser des proies, y compris d’autres dinosaures.

Cette bête pouvait atteindre neuf mètres de longueur, ce qui en faisait le prédateur le plus grand et probablement le plus meurtrier de l’Amérique du Sud à cette époque.

Ses griffes étaient un cauchemar pour ses proies. Elles étaient de véritables rasoirs de plus d’un pied de long, pire que ceux de Wolverine des X-Men.

Matt Lamanna

Il reste néanmoins beaucoup de choses à apprendre sur ce groupe de carnivores. D’une part, leurs liens de parenté avec d’autres dinosaures mangeurs de viande restent mal compris. Certains paléontologues estiment que les Megaraptora sont liés à d’autres grands carnivores de l’hémisphère sud, comme les Carcharodontosaurus et les Giganotosaurus, alors que d’autres scientifiques soutiennent qu’ils sont de proches cousins du Tyrannosaurus rex.

Tratayenia rosalesi est l’un des fossiles de Megaraptora les plus intéressants découverts récemment. Nous espérons que son analyse permettra de répondre à plusieurs questions concernant ces créatures carnivores d’une autre époque.

Juan D. Porfiri, Université nationale de Comahue

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Cretaceous Research (Nouvelle fenêtre).

Paléontologie

Science