•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay confirme que BlackRock n'utilisera pas l'eau de la nappe phréatique

Les élus Gérard Savard et Josée Néron, avec les députés Jean D'Amour et Serge Simard.

Des investissements serviront à développer les activités industrielles au port de Grande-Anse.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a profité d'une annonce sur le développement portuaire pour confirmer que la future usine de BlackRock au port de Grande-Anse s'alimentera depuis la prise d'eau de la ville déjà existante sur la rivière Chicoutimi.

« On est allé voir si le débit est suffisant pour pouvoir alimenter la zone et ça semble être le cas. Ce que les études vont permettre de faire c'est le tracé, c'est les plans et devis », a fait savoir Mme Néron.

Cette nouvelle répond aux inquiétudes de citoyens du secteur de Laterrière qui craignaient de voir les sources d’eau potable drainées par les industries, à même la nappe phréatique.

Études de développement industriel

Les études dont fait mention la mairesse font partie d'un investissement combiné de 850 000 $ de la Ville de Saguenay et le Gouvernement du Québec.

La part de Québec s’élève à 635 000 $, alors que Promotion Saguenay investit 215 000 $.

Les montants annoncés lundi par la mairesse Josée Néron, et le député de Dubuc, Serge Simard, permettront de jeter un nouvel éclairage sur l'approvisionnement en gaz naturel, l'approvisionnement en eau de procédé et de sécurité incendie, et sur l'installation d'égouts et de canalisation industrielle.

Port Saguenay et la Ville de Saguenay souhaitent que ces infrastructures puissent être mises en place d'ici juin 2020, date de la mise en activité prévue de l'usine de fonte de fer et de concentré de ferrovanadium destinés à l'exportation.

Les installations de BlackRock nécessiteront des centaines de mètres cubes d'eau à l'heure.

Port Saguenay estime qu'il faudra des investissements totaux d'environ 165 millions de dollars en infrastructure pour accueillir l'entreprise, cette somme prévoyant aussi une ligne électrique à haute tension et un système de convoyeur pour le minerai.

Saguenay–Lac-St-Jean

Métaux et minerais