•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Système de paye Phénix : un nouveau projet pilote pourrait régler les problèmes

La ministre est en studio et répond aux questions de Mathieu Nadon. (Archives)
La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Carla Qualtrough. (Archives) Photo: Radio-Canada
CBC

Un projet pilote du gouvernement fédéral visant à aider les fonctionnaires à résoudre leurs problèmes avec le système de paye Phénix semble être prometteur et pourrait aider à réduire le grand nombre de cas d'arriérés de salaires.

Les cas d'arriérés de salaires et le nombre d'employés confrontés à des problèmes de rémunération ont diminué dans deux ministères et une agence fédérale, où la nouvelle approche - un projet-pilote - associant des conseillers du centre de paye du gouvernement à des bureaux spécifiques, est testé.

Les trois participants sont les suivants : Innovation, Sciences et Développement économique Canada, Anciens Combattants Canada et l'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario.

Pendant trois mois, 25 conseillers ont travaillé exclusivement avec 10 000 employés dans ces départements.

Au cours de cette période, le nombre de dossiers en souffrance a diminué de 15 % et le nombre d'employés connaissant des problèmes de rémunération a diminué de 7 %, selon les chiffres fournis par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), le ministère qui supervise le système de paye Phénix.

Le 21 mars, la ministre de SPAC, Carla Qualtrough, a déclaré que son ministère appliquerait la même approche à l'ensemble de la fonction publique.

« C'est une équipe de conseillers en rémunération, d'adjoints administratifs et de personnel dédié à des ministères et des agences fédérales », a annoncé la ministre au comité des finances du Sénat.

Cette approche, selon elle, aide à forger des relations entre les conseillers en rémunération et le personnel des ressources humaines tout en développant une expertise interne sur les types de problèmes qui ont tendance à apparaître dans certains départements.

« Si c'est le ministère Garde côtière canadienne, vous pouvez imaginer que les transactions sont différentes que s'il s'agit d'Élections Canada », a souligné la ministre.

Embaucher plus de conseillers en rémunération?

Avec cette nouvelle approche, les conseillers tentent de résoudre l'ensemble des nombreux problèmes de rémunération d'un employé, plutôt que de traiter un problème à la fois pour chaque employé.

Présidente nationale de l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), Robyn Benson assure que le syndicat est favorable à ce changement, et il est heureux de constater que ce projet pilote donne des résultats prometteurs.

« Ils accordent une attention particulière à chacun et ils travaillent sur le compte de chaque client », a indiqué la présidente.

Toutefois, le syndicat souhaiterait que le gouvernement embauche davantage de conseillers en rémunération, car le système de paye Phénix ne sera pas réparé ou remplacé de sitôt.

« Ce ne sont pas des corrections faciles à faire », a-t-elle estimé.

Rappelons que dans son budget 2018, le gouvernement fédéral a annoncé des fonds supplémentaires de 16 millions de dollars sur 2 ans à compter de la prochaine année financière, en vue de trouver une solution aux déboires du système Phénix.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale