•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du sport à Pikogan pour rapprocher les communautés autochtones 

29e tournoi de hockey mineur et de ballon sur glace de Pikogan
29e tournoi de hockey mineur et de ballon sur glace de Pikogan Photo: Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault
Radio-Canada

Près de 2 000 personnes ont assisté au 29e Tournoi de hockey mineur et de ballon sur glace de Pikogan cette fin de semaine à Amos.

Un texte de Marc-Olivier Thibault

Au total, 75 équipes, représentant des communautés autochtones de partout au Québec et même de l'Ontario, ont pris part à l'événement. Par ailleurs, pour une première fois dans l'histoire de la compétition, une équipe mohawk de la communauté de Kahnawake participe à l'événement.

C'est que le ballon sur glace est très populaire chez les Premières Nations selon le membre du comité organisateur du tournoi, John Mowatt.

« Je te dirais que chez les Premières Nations, c'est encore très populaire. On a regardé l'autre jour les tournois qui existaient dans les autres communautés et le ballon-balai se retrouve beaucoup dans les communautés autochtones », explique-t-il.

29e tournoi de hockey mineur et de ballon sur glace de Pikogan Participants au 29e tournoi de hockey mineur et de ballon sur glace de Pikogan. Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Le bénévole au tournoi depuis une dizaine d'années, Rex Mckenzie, partage cette opinion.

Il aime beaucoup assister au match de sa fille qui participe cette année à la compétition. « Ah oui, c'est très populaire le ballon-balai, ça se joue dehors dans la maison, dans les cours », selon le père de famille.

Et quand c'est ta fille qui joue, c'est encore plus fun. Voir ta fille courir, faire des passes et compter des buts, c'est très excitant!

Rex Mckenzie

Rex Mckenzie, originaire de Pikogan, a participé au tournoi par le passé. Selon lui, l'événement est très attendu dans l'année, puisqu'il permet de faire des nouvelles rencontres et de se retrouver entre amis. « Ils aiment ça se rencontrer en groupe, comme les gens qui viennent de Rapid Lake, de Pikogan, qui viennent d'Obijwan... Ils aiment se rencontrer ici, à l'aréna, ça fait beaucoup d'amis et des rencontres d'amis », selon lui.

John Mowatt soutient que le tournoi est une fierté pour la communauté de Pikogan et que son succès tient à l'implication de 150 bénévoles.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones