•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Youri Chassin candidat pour la CAQ dans Saint-Jérôme

François Legault et Youri Chassin, dimanche, lors de l'annonce de la candidature de l'économiste dans Saint-Jérôme
François Legault et Youri Chassin dimanche, lors de l'annonce de la candidature de l'économiste dans Saint-Jérôme Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Coalition avenir Québec a annoncé dimanche que l'économiste Youri Chassin porterait les couleurs du parti dans la circonscription de Saint-Jérôme aux prochaines élections générales.

Le chef François Legault se réjouit de la candidature de M. Chassin, « pour qui l'éducation et la prospérité économique du Québec sont des priorités depuis près de 20 ans ».

M. Legault et M. Chassin se connaissent depuis longtemps et « ont toujours partagé une vision commune pour le Québec », a fait savoir la CAQ. L’économiste était déjà très près du parti fondé par François Legault, comme en témoigne sa présence au congrès national de la CAQ, en novembre dernier.

Le candidat juge que « rien n'a changé » depuis l'arrivée des libéraux au pouvoir il y a 15 ans.

Il croit que la dette pèse encore trop lourd, que les impôts sont trop élevés et que le Québec dépend trop de la péréquation.

MISE AU POINT

Dans une version précédente de ce texte, le titre identifiait Youri Chassin comme un « candidat de la droite idéologique ». Nous l'avons modifié afin de nous en tenir aux faits.

De 2010 jusqu'à tout récemment, Youri Chassin a occupé les postes d'économiste et de directeur de la recherche à l'Institut économique de Montréal (IEDM), groupe de recherche qui fait la promotion du libre marché. Il a également été analyste économique au Conseil du patronat du Québec.

Un candidat de cette envergure pourrait bien obtenir un poste clé – ministre des Finances ou de l’Économie, ou encore président du Conseil du Trésor – dans un hypothétique gouvernement Legault.

La CAQ a détenu le comté de Saint-Jérôme de 2012 à 2014, alors que l'ancien chef de police de Montréal Jacques Duchesneau en était le député. La circonscription est actuellement représentée par le député péquiste Marc Bourcier, qui a succédé à l'ancien chef du PQ Pierre Karl Péladeau.

Au fil de ses années d’expérience comme représentant de l’IEDM, M. Chassin a écrit quantité de chroniques dans différents médias, dont le Journal de Montréal, et a accordé de nombreuses entrevues qui permettent de mieux cerner sa pensée.

Dans ses billets, il s'est notamment prononcé pour la production de pétrole au Québec, contre la taxe sur le carbone du gouvernement Trudeau et contre la gratuité des Centres de la petite enfance (CPE).

Dans un récent article de son blogue personnel, il a aussi exposé les « dangers de l'interventionnisme » d'État.

Si je me montre si suspicieux envers les solutions étatiques, c'est principalement parce que je ne crois pas au mythe d'un État au service du bien commun. Déjà, l'idée qu'il puisse exister un "bien commun" sonne l'alarme. La joute politique se fonde justement sur l'absence de consensus quant à la nature du fameux bien commun.

Extrait d'un billet publié le 22 mars dernier sur le blogue personnel de Youri Chassin

À propos du réseau de CPE du Québec, il a écrit en février 2017 que le « système s’occupe d’abord et avant tout de ceux qui le gèrent, au lieu de se préoccuper des parents et des enfants ». Plus tôt, en 2011, alors que le débat sur la hausse de la contribution de 7 $ par jour avait lieu, il avait proposé, selon TVA, qu’il « serait préférable de donner l’argent aux parents plutôt qu’aux garderies » afin de permettre aux parents d’acheter sur le marché les services qu’ils préfèrent.

Toujours à TVA, il avait aussi déploré que les éducatrices en milieu familial soient syndiquées, alors qu’elles sont travailleuses autonomes.

En août 2016, il a utilisé sa tribune dans le Journal de Montréal pour promouvoir l’abolition des commissions scolaires « pour donner davantage d’outils aux écoles ». « L’autonomie des écoles serait un facteur important d’amélioration de la réussite scolaire », plaidait-il.

Dans une tribune publiée en novembre 2016 dans La Presse, il faisait activement la promotion d’une privatisation progressive des actifs de la SAQ. « Dans un tel scénario, la SAQ en tant qu’entreprise n’est pas condamnée à disparaître. Elle devra toutefois s’ajuster à la concurrence », écrivait-il.

En 2013, il estimait que le gouvernement devrait examiner la pertinence de maintenir des régimes à prestations déterminées pour ses employés, alors que la plupart des employeurs optent maintenant pour des régimes à cotisations déterminées, moins coûteux à long terme.

Il milite aussi pour une réduction substantielle du nombre d’employés à Québec. « On devrait, à terme, être capable d'imaginer un État québécois où les employés reçoivent de bonnes augmentations et sont bien payés, […] mais où il y a par ailleurs beaucoup MOINS d'employés de l'État », écrivait-il en mai 2014.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique