•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mère Élisabeth Bruyère déclarée « vénérable » par le pape François

Une soeur portant une coiffe noire.

Un portrait de mère Élisabeth Bruyère, fondatrice des Soeurs de la Charité d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Vatican a annoncé samedi que mère Élisabeth Bruyère, fondatrice des Soeurs de la Charité d'Ottawa, était maintenant « vénérable ». C'est une première étape vers la canonisation, se réjouit l'archidiocèse d'Ottawa.

Les 200 soeurs de la Charité d'Ottawa, dont soeur Rachelle, attendaient cette annonce depuis 40 ans.

Soeur Rachelle Watier dans une église.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La compassion qu'a démontré mère Bruyère tout au long de sa vie est encore un modèle à suivre aujourd'hui selon soeur Rachelle Watier, supérieure générale des Soeurs de la Charité.

Photo : Radio-Canada

« Mère Bruyère, c'était une femme avant son temps et c'était une femme extraordinaire. Une femme qui était ancrée dans sa foi, oui, mais c'était aussi une femme pour qui la charité n'était pas seulement des paroles. C'était une femme pour qui la charité s'est transformée en action », explique soeur Rachelle.

Elle arrive à Bytown

Élisabeth Bruyère a fondé les Soeurs de la Charité d'Ottawa, alors que la ville s'appelait Bytown, en 1844.

« Mère Bruyère et les Sœurs de la Charité ont été les instigatrices et les fondatrices de plusieurs œuvres caritatives dans notre communauté, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé, et leur œuvre se poursuit encore aujourd’hui », s'est réjoui l'archevêque d'Ottawa, Mgr Terrence Prendergast, par voie de communiqué.

Pour Michel Prévost, président de la Société d'histoire de l'Outaouais, la déclaration du pape témoigne de l'apport exceptionnel de cette religieuse pour la région.

« On est dans un monde d'hommes. Quand on fait l'étude de la région de la capitale, au 19e siècle, ce ne sont que des hommes et il y a une exception notoire et c'est mère Élisabeth Bruyère. Ce qui est intéressant, c'est de voir à quel point elle est encore présente dans notre toponymie », a jugé M. Prévost.

Une rue à Ottawa et deux rues à Gatineau portent son nom, tout comme l'Hôpital Élisabeth-Bruyère.

Une longue attente

Des démarches sont entamées depuis plusieurs années pour obtenir sa béatification.

Mgr Durocher, l’archevêque de Gatineau, affirme qu’il s'agit d'une consécration.

« Nous savions, ceux qui connaissent son histoire, ceux qui sont de son héritage, qu'elle est un modèle, mais cette reconnaissance officielle de Rome est vraiment un cadeau », a précisé Mgr Durocher.

Il aura fallu plusieurs représentations de l'archevêque d'Ottawa pour que le bureau du Saint-Père se penche sur ce dossier.

La vie de bienfaisance de mère Bruyère

Dorénavant, Mgr Prendergast et d'autres vont prier Élisabeth Bruyère.

Terrence Prendergast réponds aux question du journaliste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mgr Terrence Prendergast reconnait l'audace et l'engagement de mère Bruyère.

Photo : Radio-Canada

« J'ai déjà reçu un appel d'un ami ce matin, qui m'a dit que son frère avait eu une souffrance, un ACV, il prie pour un miracle et s'est dit je vais commencer à prier mère Bruyère. Vous voyez, déjà avec les médias sociaux, les gens le savent et se disent : on commence une nouvelle étape », a indiqué Mgr Prendergast.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Croyances et religions