•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La seule chose à retenir du livre de James Comey sur la présidence Trump

L'ex-patron du FBI, James Comey, et le président américain, Donald Trump.
L'ex-patron du FBI, James Comey, et le président américain, Donald Trump. Photo: Reuters / Joshua Roberts et Yuri Gripas
Radio-Canada

Il y a les insultes mordantes, les descriptions précises. Il y a aussi la riposte du président Trump et de ses alliés. Mais l'essentiel n'est pas là. Et ce qu'il faut retenir pourrait peser bien lourd pour le président américain.

Une analyse de Yanik Dumont Baron, correspondant à Washington

Difficile dans les prochains jours d'éviter les références au livre de l'ancien patron du FBI, A Higher Loyalty: Truth, Lies, and Leadership. Sa publication a été devancée d'un mois (au 17 avril) en raison de l'immense intérêt que suscite le témoignage de James Comey.

Les premiers extraits publics alimentent d'ailleurs l'engouement. Des accusations-chocs (un président « immoral, détaché de la vérité »), des comparaisons avec un parrain de la mafia, des détails croustillants (un président et des prostituées dans une chambre d'hôtel à Moscou).

C'est un peu comme si James Comey avait décidé d'utiliser la méthode Donald Trump pour égratigner son adversaire. Le président le lui a bien rendu, d'ailleurs, en le comparant à un menteur dégoûtant (« untruthful slime ball »).

Il y a un certain aspect « journal à sensation » dans cette affaire. Ce qui permet aussi aux défenseurs du président d'accuser James Comey de déformer la vérité pour renflouer son compte de banque...

Mais trop s'attarder à l'aspect « tabloïd » des propos de James Comey serait passer à côté de l'essentiel.

Ce n'est pas ce qui est dans le livre qui est important. C'est plutôt ce que l'ancien patron du FBI a consigné après ses rencontres avec Donald Trump, des notes qui sont entre les mains d'enquêteurs fédéraux.

James Comey a déjà expliqué avoir choisi de prendre des notes les plus détaillées possibles de ses interactions avec Donald Trump à l'issue de la rencontre où il aurait été question de loyauté et d'une autre où il aurait été question d'abandonner une enquête portant sur un proche conseiller du président.

Ces demandes peuvent constituer une entrave à la justice ou un abus de pouvoir, selon plusieurs experts. Et ces questions sont sans doute à l'étude par le procureur spécial, Robert Mueller.

En ce sens, le livre peut renforcer la crédibilité de l'ancien patron du FBI devenu témoin. Les extraits rendus publics contiennent beaucoup de détails qui peuvent donner du poids à d'autres affirmations consignées par James Comey après ses rencontres avec Donald Trump.

La Maison-Blanche tire à boulets rouges sur ce livre. Il aurait sa place « dans une boîte à rabais de la section "fiction" », a-t-elle lancé, en accusant son auteur d'être un menteur avoué.

« L'un des grands succès du président restera le renvoi du directeur James Comey », assurait la porte-parole du président. Mais Sarah Sanders n'a remis en question aucun des passages du livre et n'a apporté aucune preuve que James Comey avait dénaturé les propos de Donald Trump.

L'ironie, bien sûr, c'est que le renvoi du patron du FBI a précipité l'arrivée du procureur spécial. Un enquêteur dont l'équipe continue de fouiller dans le passé du président et de son entourage.

De sombres nuages planent toujours au-dessus de la Maison-Blanche.

Donald Trump, président des États-Unis

Politique américaine

International