•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Gatinoise ne peut plus apporter ses contenants à l'épicerie

Un panier d'épicerie avec des aliments et des plats.
La publication Facebook vantant l'ouverture des Provigo d'Aylmer et du Plateau envers son initiative a été partagée à plus de 4000 reprises. Photo: Facebook de Danielle Doucet
Radio-Canada

Une résidente de Gatineau est déçue de la décision des épiceries Provigo de ne plus accepter les contenants qu'elle apportait pour faire ses achats. Danielle Doucet souhaitait ainsi éviter d'encourager le suremballage, étant donné que sa famille a adopté un mode de vie zéro déchet.

Depuis plusieurs semaines, l’épicerie du secteur de Hull et Mme Doucet avaient trouvé un mode de fonctionnement, mais jeudi matin, la direction du Provigo où la Gatinoise achetait sa viande lui a annoncé que ce ne serait plus possible de le faire de cette façon, pour des raisons de salubrité.

« J’ai fait une publication sur Facebook pour mes amis, mais finalement, cela a explosé, puis j’ai reçu un appel de la directrice du Provigo, qui m’a avisée que dorénavant, il ne serait plus possible de me faire servir dans mes contenants », a précisé Mme Doucet.

Danielle Doucet devant sa maison.Les employés du supermarché avaient au départ bien accueilli l'initiative de la résidente de Gatineau Danielle Doucet. Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Sa publication, qui vantait sur Facebook l'ouverture des Provigo d'Aylmer et du Plateau envers son initiative, a été partagée à plus de 4000 reprises.

Mme Doucet croit que l'heure est venue d'apporter des changements à nos habitudes. Elle a du mal à comprendre pourquoi la directrice lui a dit que l’épicerie n'était pas prête pour le mouvement zéro déchet.

« Je comprends la situation, mais je pense qu’il est temps de changer nos habitudes d’envelopper nos produits, et pour ça, ça commence par les grandes surfaces », ajoute Mme Doucet, qui dit saisir la notion de salubrité, puisque les contenants pourraient être contaminés et propager des bactéries.

Histoire de contamination

La directrice du Provigo du Plateau, Julie Goulet, rappelle qu’il y a une politique en place à ce sujet.

Madame Goulet répond aux questions de la journaliste devant le Provigo. Julie Goulet, directrice du Provigo du Plateau en Outaouais. Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

« La politique ne nous permet pas à l’heure actuelle de vendre aux consommateurs dans leurs propres contenants. Il y a un risque, selon nous, trop élevé de contamination croisée », précise Mme Goulet.

La direction de Provigo n’a pas l’intention de modifier la politique en place, du moins pour l’instant. Elle affirme toutefois qu’elle pourrait éventuellement la revoir si le mouvement zéro déchet prend de l’ampleur au Québec.

Épicerie zéro déchet : est-ce possible?

Les lignes directrices du MAPAQ

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) mentionne à l’article 3.2.1 que les récipients ne doivent pas compromettre la qualité ou la salubrité des produits.

Le MAPAQ n’empêche pas les consommateurs d’utiliser leurs contenants personnels pour se faire servir, et ce, peu importe le type d’établissement (épiceries, supermarchés, etc.).

Cependant, le MAPAQ précise qu’un exploitant qui ne peut exercer une surveillance des contenants ne devrait pas permettre cette pratique dans son établissement.

En tout temps, un exploitant peut refuser de servir des aliments dans les contenants appartenant aux consommateurs.

La décision de DanielleDoucet et de sa famille découle d’une réflexion à la suite de l’annonce de la Ville de Gatineau de réduire, dès le mois de juillet, le nombre de déchets par résidence.

La familleDoucet a réduit de plus de 75% sa quantité de déchets depuis qu’elle a opté pour le mode de vie zérodéchet, il y a quelques mois.

Ottawa-Gatineau

Industrie alimentaire