•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cheval Indien, le film que « tout Canadien devrait voir »

Trois religieux regardent le jeune Saul, assis sur une chaise au pensionnat.
Saul (joué par l’acteur Sladen Peltier) au pensionnat Photo: Entract Films

Bouleversé par le récit de Cheval Indien (Indian Horse), le critique de cinéma Georges Privet est sorti de la séance en se disant que « tout Canadien devrait voir » le long métrage du Montréalais Stephen Campanelli, à l'affiche vendredi au Québec, pour comprendre les réalités des pensionnats autochtones.

Entre 1870 et 1996, environ 150 000 enfants autochtones ont été déplacés dans ces écoles, qui sont largement responsables de leur génocide culturel, selon la Commission de vérité et conciliation du Canada. C'est ce qu'a rappelé d'entrée de jeu Georges Privet au micro de Catherine Perrin, vendredi, à Médium large.

Cheval Indien plonge dans la réalité de l’un de ces enfants : le jeune Saul Cheval Indien, qui survit aux horreurs des pensionnats autochtones grâce à sa curiosité et son talent pour le hockey.

Georges Privet compare le long métrage, adapté du livre éponyme de l’auteur ojibwé Richard Wagamese, aux Garçons de Saint-Vincent (The Boys of St. Vincent), qui revient sur le scandale des enfants abusés par des frères catholiques à Terre-Neuve dans les années 1970, et à 42, film sur le joueur de baseball noir Jackie Robinson et les réalités du racisme dans le sport.

Mais ça va beaucoup plus loin que ça. C’est un de ces films dont la magie tient vraiment à son récit.

Georges Privet, critique de cinéma à Radio-Canada

Une expérience narrative, humaine et historique

Le spécialiste du septième art qualifie la direction photo d’Yves Bélanger de soignée. La réalisation est, quant à elle, « correcte, mais pas transcendante ». C’est surtout « l’histoire et le caractère vécu de l’intérieur qui convainquent [les cinéphiles] de la véracité du récit ». « C'est absolument bouleversant », dit-il.

Georges Privet souligne que le réalisateur du film, le Montréalais Stephen Campanelli, a pu compter sur l’appui de son collègue, le réalisateur et acteur américain Clint Eastwood, qui porte le chapeau de producteur exécutif. Ce nom a contribué à faire rayonner le film.

Cinéma

Arts