•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un témoignage frappant de « Coco » à la commission Viens

La superviseure et intervenante de l'organisme Chez Willie à Val-d'Or, Carole Marcil. Photo: Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau
Radio-Canada

L'ancienne serveuse de bar et maintenant intervenante pour l'organisme Chez Willie de Val-d'Or, Carole Marcil, mieux connue sous le surnom de « Coco », a fait un témoignage très émotif vendredi matin à la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec.

Un texte d'Émélie Rivard-Boudreau

Carole Marcil apparaissait dans le reportage de l'émission Enquête, dans lequel des femmes autochtones de Val-d'Or se disaient victimes d'abus de pouvoir de policiers.

Vendredi, à la commission d'enquête qui se penche sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, elle s'est levée contre la discrimination envers les Autochtones de Val-d'Or, et n'a pas mâché ses mots devant le commissaire Jacques Viens.

C'est assez là. Ça fait trois ans que l'émission d'Enquête est sortie! Ça fait trois ans, puis ça ne change pas plus!

Carole Marcil

Traités différemment

Carole Marcil a travaillé près de 25 ans dans les bars. Déjà à cette époque, elle avait remarqué que les Autochtones étaient servis différemment dans les services publics.

Elle a entre autres raconté une histoire où elle avait appelé une ambulance pour une femme autochtone violentée et qu'on lui avait demandé si c'était « pour l'Autochtone ».

Maintenant intervenante du centre de répit pour itinérants Chez Willie à Val-d'Or, Carole Marcil dénonce l'attitude des prestataires de services de santé envers les usagers autochtones.

Je suis là-dedans 40 heures par semaine, monsieur le juge, j'en vois toutes les heures des affaires dégueulasses!

Carole Marcil

Avec le rôle qu'elle remplit Chez Willie, elle constate que ses bénéficiaires ne reçoivent pas la même qualité de service quand elle est présente et quand elle ne l'est pas. Elle recommande à la commission d'enquête que les Autochtones soient accompagnés dans tout service du système public : « hôpital, aide sociale, CLSC, même la SQ! Et de les traiter, avec respect! », exige-t-elle.

Carole Marcil a aussi souligné que Chez Willie était de plus en plus fréquenté à Val-d'Or, soit par 867 personnes dans la dernière année et que l'organisme a reçu près de 2000 visites seulement en mars dernier.

Abitibi–Témiscamingue

Nations métisses et autochtones