•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La justice russe bloque l'accès à l'application Telegram en Russie

Un écran de téléphone intelligent propose plusieurs applications mobiles dont Telegram.
Telegram est une application de messagerie utilisée par 200 millions de personnes dans le monde. Photo: Getty Images / MattiaMarasco
Radio-Canada

La justice russe a ordonné vendredi que l'accès à la messagerie instantanée Telegram soit bloqué en Russie, ont rapporté les agences officielles russes.

L'agence russe des télécommunications Roskomnadzor a annoncé la semaine dernière le lancement d'une procédure visant à restreindre l'accès à l'application, après le refus de sa maison-mère de fournir ses clés de cryptage aux autorités.

Neuvième outil de messagerie le plus utilisé dans le monde, avec 200 millions d'utilisateurs en mars, Telegram permet de communiquer en utilisant un cryptage qui ne peut pas être lu par une tierce partie.

Grâce à ce système de cryptage complexe, Telegram se pose en champion de la liberté d'Internet et de la confidentialité de ses utilisateurs.

Sous le feu des critiques

Cette confidentialité est devenue une arme à double tranchant, valant à Telegram des frictions régulières avec les autorités en Russie et en Iran, où l'application a provisoirement été bloquée en décembre et janvier lors des troubles suivant des manifestations contre la vie chère.

Mais la messagerie est aussi montrée du doigt dans un contexte de menace terroriste.

Sous pression après les attentats de Paris en novembre 2015, l'application avait décidé de fermer des comptes liés au groupe armé État islamique. Elle en a encore bloqué plus de 6000 en mars.

Telegram est la deuxième application dont l'accès a été bloqué en Russie, après celui au réseau social professionnel LinkedIn en 2016, à qui il était reproché de ne pas se conformer à la législation locale en matière de stockage de données.

Des collectes de fonds record

L'application de messagerie est aujourd'hui au centre de l'attention des milieux financiers, affolés par l'apparition des cryptomonnaies.

Depuis le début de l'année, Telegram a amassé 1,7 milliard de dollars – un montant record pour ce secteur – via deux collectes de fonds massives pour développer les technologies de la chaîne de blocs, qui permet le stockage et la transmission d'informations sécurisée fonctionnant sans organe central de contrôle, à la base des cryptomonnaies.

Selon la presse spécialisée et les analystes du secteur, la messagerie voudrait créer sa propre devise virtuelle aux débouchés potentiellement considérables vu le nombre d'utilisateurs.

« Une farce »

Doté d'une fortune de 1,7 milliard à 33 ans selon Forbes, Pavel Dourov a fondé Telegram en 2013 avec son frère Nikolaï.

C'est en 2006, tout juste diplômé de l'Université de Saint-Pétersbourg, qu'il s'est fait connaître en lançant le réseau social VKontakte (VK), devenu rapidement le premier de Russie devant Facebook et valant à Pavel le surnom de « Mark Zuckerberg russe ».

Jeudi, Pavel Dourov avait interdit à ses avocats de se présenter à l'audience, afin de ne pas « légitimer cette farce ».

Avec les informations de AFP

Réseaux sociaux

Techno