•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon rêve d'un territoire sans déchets

John Streicker tient une corbeille de bureau sur laquelle est collée une note qu'il lit.

Pour prouver son engagement, le ministre John Streicker a présenté, durant la conférence Zéro déchet, sa corbeille de bureau qu'il entend rendre au Ministère parce qu'il ne l'utilise pas.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada

Une centaine de délégués à la deuxième conférence Zéro déchet discutent cette semaine de recyclage et de réacheminement des déchets alors que le Yukon a du mal depuis des années à gérer ses ordures.

Un texte de Claudiane Samson

Au coeur des discussions, il y a la nécessité d'une politique de gestion territoriale qui permettrait aux municipalités de réacheminer facilement les déchets des centres de collecte vers les centres de recyclage et aux organismes de recyclage de survivre financièrement.

Toutefois, la question est complexe pour un territoire où les distances et la faible population sont des défis de taille. Le Yukon dépense chaque année plus de 10 millions de dollars pour gérer ses déchets.

« Je ressens votre frustration », dit le ministre des Services aux collectivités, John Streicker, qui assure qu'une politique panterritoriale est sur le point d'être lancée et que, selon ses discussions avec l'industrie, le système va s'améliorer.

C'est enrageant pour moi de savoir que les gens prennent leur voiture pour aller déposer des pneus dans les centres de tri régionaux et que nous devons ensuite les transporter de nouveau à Whitehorse.

Une citation de John Streicker, ministre des Services aux collectivités

John Streicker reconnaît que les retards de son gouvernement à mettre en oeuvre une politique territoriale irritent des municipalités dont les dépotoirs débordent depuis longtemps.

Recycler avec l'Alberta ou la Colombie-Britannique

La directrice de l'organisme de recyclage Raven Recycling, Joy Sneider, a souvent souhaité que le Yukon ait un système commun avec l'Alberta ou la Colombie-Britannique. « Nous sommes tout juste au nord de ces provinces. Tous nos biens et nos denrées arrivent de ces provinces, et notre recyclage y retourne. »

Gros plan d'emballage en plastique, des conserves vides et contenants en plastique dans une maison.

Les Britanno-Colombiens ont produit 580 kg de déchets par personne en 2014. (Statistique Canada)

Photo : Dominique Lévesque

Le problème, toutefois, est qu'en Colombie-Britannique par exemple, le système de recyclage ne traite que les déchets du secteur résidentiel, alors qu'au Yukon 90 % du carton recyclé provient du secteur commercial. Le Yukon, par ailleurs, accepte de recycler une plus grande variété de produits électroniques que cette province.

Le problème de la contamination

Allen Langdon, le directeur général de Recycle BC, affirme que, pour éviter que certains matériaux ne se retrouvent dans les mauvais ballots, son entreprise, financée par les producteurs, a standardisé par exemple la liste des produits de recyclage pour l'ensemble de la province. D'autre part, elle a également fait une campagne de sensibilisation auprès de certains producteurs pour les inciter à accepter des matériaux qui peuvent être recyclés, comme c'est désormais le cas pour les dosettes de café.

Al Foster pose une question.

Al Foster du centre de tri de Mont Lorne demande aux conférenciers leurs conseils pour éviter la contamination des produits de recyclage.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

M. Langdon explique que les sacs de plastique contaminent parfois le carton recyclé et que les nouvelles règles imposées sur le marché international compromettent la capacité de Recycle BC d'exporter ce matériau. Des campagnes de sensibilisation visent donc à encourager la population à ne plus se servir de sacs plastiques à usage unique.

À long terme, les participants souhaitent que les producteurs d'emballage assument plus de responsabilités. « Les producteurs d'emballage doivent connaître leurs plus belles années, car les produits sont emballés dans plusieurs épaisseurs de protection qui aboutissent chez nous », lance Joy Sneider, qui reconnaît que ce sont les municipalités qui sont les grandes perdantes dans le système actuel.

Des participants à la conférence assis à des tables écoutent quelqu'un qui parle.

Les organisateurs de la conférence Zéro déchet ont rapidement rempli les 90 places disponibles pour les participants.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Colombie-Britanique

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Colombie-Britanique.