•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

16 Canadiens arrêtés après une enquête internationale sur des abus sexuels d'enfants

Un homme est assis derrière un écran d'ordinateur.
Au Canada, 13 individus ont déjà condamné en lien avec le Projet Mercury. Photo: Serge test

Une enquête internationale sur des abus sexuels commis contre des enfants et à laquelle la police de Toronto a participé a permis l'arrestation de 153 personnes, dont 16 Canadiens. Le Canada, les États-Unis et huit pays européens ont collaboré à l'enquête baptisée Projet Mercury.

Plusieurs enfants ont été secourus, dont une victime âgée de 10 mois seulement.

« Il est important de comprendre que cela arrive à des enfants partout dans le monde », a expliqué le sergent de la police de Toronto, Myron Demkiw, lors d'une conférence de presse, jeudi.

Le Projet Mercury est né en 2014, lorsque l'Unité nationale sur la criminalité du Royaume-Uni a découvert un réseau en ligne qui « utilisait différents réseaux sociaux » pour distribuer du matériel pornographique impliquant des mineurs.

Des membres du groupe ont été identifiés dans plusieurs pays et c'est pourquoi d'autres corps policiers, dont la police de Toronto, se sont joints à l'enquête.

En juillet 2015, les enquêteurs torontois ont été témoins de l'agression sexuelle d'un enfant de 6 ans, retransmise en direct sur Internet. Des internautes commentaient la scène et donnaient des consignes à l'agresseur. Dans les heures qui ont suivi la diffusion, l'enfant a été secouru en Pennsylvanie. Au final, plus de 20 personnes qui auraient regardé la scène en ligne, ont été identifiées puis arrêtées.

L'enquêteuse Janelle Blackadar lors d'une conférence de presse à Toronto. L'enquêteuse Janelle Blackadar de la police de Toronto a pris part au Projet Mercury après la découverte du réseau de délinquants en ligne par les autorités du Royaume-Uni. Photo : Police de Toronto

« Ce n'était malheureusement pas la première fois que l'enfant était victime d'abus sexuel, mais je peux vous dire que ça a été la dernière », a déclaré l'enquêteuse au dossier, Janelle Blackadar.

L'enquête a permis de découvrir des activités à caractère sexuel semblables qui se déroulaient en ligne. En mars 2016, la Gendarmerie royale du Canada de Saskatoon a arrêté un homme qui avait drogué un enfant de huit ans et qui invitait les internautes à prendre part au viol virtuellement.

La police de Toronto a contribué à 16 arrestations au Canada qui ont déjà mené à 13 condamnations. Des individus ont été arrêtés à Toronto, à Ottawa, à Belleville, à Thunder Bay, à Québec, à Edmonton, à Saskatoon, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nouveau-Brunswick.

Crimes et délits

Justice et faits divers