•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune homme accusé après l'intrusion dans un portail Internet du gouvernement de la N.-É.

Une main sombre devant un clavier d'ordinateur portable

Un suspect a été arrêté suite à une intrusion sur un site web du gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada

Un jeune homme de 19 ans d'Halifax a été arrêté après que les renseignements personnels de milliers de Néo-Écossais eurent été compromis sur un portail Internet du gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Le gouvernement a révélé que 7000 documents ont été consultés du 3 au 5 mars à la suite d'une intrusion. Du nombre, environ 250 documents renfermaient des renseignements hautement confidentiels, comme des numéros d’assurance sociale, des adresses postales et des dates de naissance.

Le service de police d'Halifax a effectué une perquisition mercredi au sujet de cette affaire. Le jeune suspect a été arrêté et fait face à une accusation d'usage non autorisé d'un ordinateur.

« C'est une accusation rarement déposée », a affirmé le surintendant Jim Perrin de la police d'Halifax mercredi après-midi. La force policière ne cherche aucun autre suspect. Le jeune homme accusé pourrait cependant faire face à d'autres accusations. Il a été libéré en attendant sa prochaine comparution en cour.

Une faille découverte par un fonctionnaire

C’est un employé qui aurait découvert, par hasard, la faille de sécurité, selon Jeff Conrad, ministre adjoint aux Services internes. À la suite de la découverte, le portail Internet gouvernemental du Commissariat à l'information et à la protection de la vie privée de la Nouvelle-Écosse a été inaccessible pendant six jours, mais seulement un mois après l'intrusion, soit à partir du 5 avril.

M. Conrad ne peut dire combien de citoyens sont touchés, mais croit que ce nombre pourrait se chiffrer « dans les milliers ».

Les responsables de l’intrusion n’ont pas eu accès aux informations relatives aux cartes de crédit des citoyens, assure-t-on.

Le gouvernement n’admet pas immédiatement l’intrusion

Pressée de questions au sujet de la fermeture du portail Internet, la ministre des Services internes, Patricia Arab, s’était contentée mardi d’indiquer qu’un « problème » avait été trouvé et que des techniciens étaient à l’oeuvre.

Patricia Arab et Jeff Conrad assis lors d'une conférence de presse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre des Services internes, Patricia Arab, et le ministre adjoint Jeff Conrad réagissent à la faille de sécurité sur le portail gouvernemental.

Photo : CBC

Ce n'est que le vendredi suivant que le gouvernement a admis qu'il y avait un problème, dû à une faille de sécurité. En tout, le gouvernement a attendu six jours entre le moment où il a découvert l'intrusion et le moment où il en a avisé le public.

« Nous prenons la vie privée et la sécurité très au sérieux, mais tout ce que je peux dire est qu’il y a eu un problème et que nous l’avons fermé », a-t-elle dit en parlant du site web gouvernemental.

Une main tenant un cadenas.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les responsables de l'intrusion auraient accédé à des informations personelles comme des numéros d'assurance sociale.

Photo : Getty Images / Natali_Mis

La ministre Arab a laissé entendre que le gouvernement avait tenu l'affaire secrète pour faciliter l'enquête, à la demande de la police d'Halifax, ce que le surintendant Perrin a nié plus tard mercredi.

Le gouvernement est normalement tenu de prévenir les personnes concernées le plus tôt possible, lorsque des données personnelles sont compromises, à moins que les forces de l'ordre ne lui demandent d'attendre.

La commissaire à la vie privée enquêtera

Catherine Tully, la commissaire à la vie privée de la Nouvelle-Écosse, a été informée de la situation lundi. Son bureau enquêtera lui aussi sur la faille de sécurité.

« L’enquête examinera si le ministère des Services internes a respecté la Loi sur le droit à l’information et à la protection de la vie privée de la Nouvelle-Écosse », a indiqué le bureau de Mme Tully dans un communiqué, mercredi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Cybersécurité