•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Un nouveau repaire en Beauce pour un club-école des Hells Angels

    Le repaire des Dark Souls à Frampton, en Beauce.
    Le repaire des Dark Souls à Frampton, en Beauce Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Après avoir quitté leur repaire de Scott, en Beauce, à la suite de perquisitions, des membres des Dark Souls, un club-école des Hells Angels, ont choisi de s'installer dans la municipalité voisine de Frampton, a appris Radio-Canada.

    Un texte de Marc-Antoine Lavoie

    La résidence en question est située dans le 2e Rang du petit village de près de 1400 habitants, à tout juste une vingtaine de kilomètres de Scott.

    En novembre dernier, un homme domicilié à Québec a acquis le terrain qui abritait autrefois une entreprise d’embouteillage.

    Selon nos renseignements, l’acquéreur est un prête-nom qui aurait agi pour le compte des Dark Souls. Leur section « South Side » occupe le territoire sur la rive sud du fleuve dans Chaudière-Appalaches, à proximité de l’autoroute 73.

    L’été dernier, les Dark Souls ont vendu leur repaire à Scott à la suite de nombreuses frappes policières. L'officier à la retraite de la Sûreté du Québec Sylvain Tremblay explique que ce local était devenu trop visible.

    « Quand les policiers sont entrés à l’intérieur d’un local, ils [les motards] deviennent méfiants au sujet des micros cachés et des caméras cachées. Donc, c’est comme un local qui est contaminé », avance l'expert en crime organisé.

    Le groupe de motards devait se trouver un nouveau local pour mener ses opérations pour le compte des Hells Angels. « Ce sont des relations très importantes. C’est eux qui prennent la chaleur pour les membres en règle. C’est nécessairement des gens de confiance », explique M. Tremblay.

    Une soixantaine de policiers de l’Escouade régionale mixte (ERM) de Québec ont pris part à l'opération.La perquisition a eu lieu au repaire des Dark Souls sur la rue Principale, à Scott. Photo : Radio-Canada / Stéphane Lamontagne

    Alors que des Hells Angels de partout au Canada sont attendus au Québec cet été pour leur rassemblement annuel, les Dark Souls seront assurément appelés à collaborer, analyse Sylvain Tremblay.

    « On parle présentement de plus de 600 membres en règle et leurs relations qui viendraient dans la province de Québec, alors c’est toute une logistique en termes d'organisation. C’est certain que tous les clubs-écoles vont être sollicités pour assurer la sécurité et la logistique autour de cet événement », explique-t-il.

    Municipalité impuissante

    À Frampton, le maire Jacques Soucy a été informé par les policiers de l'achat de la résidence du 2e Rang quelques jours après la transaction.

    « Toutes les municipalités avaient eu vent que les motards se cherchaient un nouveau local. Souvent, c’est un prête-nom qui va arriver et qui va faire la transaction. On ne peut pas le savoir », déplore le maire Soucy.

    Le maire de Frampton, Jacques Soucy.Le maire de Frampton, Jacques Soucy. Photo : Radio-Canada

    Inquiet que les motards trouvent refuge dans le village, M. Soucy était à l’affût des immeubles disponibles sur son territoire. Il avoue avoir « échappé » cette résidence située sur un grand terrain en bordure du bois.

    Nous, on surveillait du côté des bars. On a deux bars et il y en a un qui a fermé. Donc, on le surveillait. On a pris la décision justement [lundi] de l’acheter. On ne surveillait pas les autres.

    Jacques Soucy, maire de Frampton

    Des citoyens disent d’ailleurs avoir observé plusieurs allées et venues dans la résidence de Frampton, surtout la fin de semaine.

    Surveillance accrue

    La Sûreté du Québec assure être bien au courant de la situation. L’organisation considère les Dark Souls comme un « club supporteur » des Hells Angels. À cet égard, elle suit la situation de près.

    Afin de ne pas nuire aux stratégies d’enquête et à la cueillette de renseignements, la SQ n’a pas voulu en dire davantage.

    Des sources nous confirment toutefois que les patrouilles policières ont augmenté dans le secteur du nouveau repaire en Beauce.

    La lutte contre le crime organisé est une priorité pour la Sûreté du Québec. Dans les derniers mois, les policiers ont d’ailleurs accru leur visibilité lors de rassemblements pouvant impliquer des membres reliés au crime organisé, notamment lors de galas de boxe.

    Le maire de Frampton se dit satisfait de la surveillance policière depuis quelques semaines dans sa municipalité. « On sait que les policiers ont des équipes qui suivent ces choses-là et qu’ils sont là pour nous appuyer », se réjouit Jacques Soucy.

    Les policiers surveillent un rassemblement des Dark Souls à Saint-Lambert-de-Lauzon à l'été 2017.Les policiers surveillent un rassemblement des Dark Souls à Saint-Lambert-de-Lauzon à l'été 2017. Photo : Radio-Canada

    La fin des bunkers

    Comme dans la plupart des municipalités du Québec, un règlement antibunker est en vigueur à Frampton pour empêcher les propriétaires de fortifier leur établissement.

    L’ex-agent Sylvain Tremblay explique toutefois que « l’époque de la guerre des motards est terminée » et que les groupes criminels n’ont plus besoin de ce type d’infrastructure.

    « Il n’y a plus aucune raison pour les motards de se munir de bunker étant donné qu’on n'est plus en période de guerre comme à l’époque des Rock Machine. Une simple résidence, non fortifiée, pas de caméras, pas de fenêtres blindées et pas de guérite, ça suffit », fait valoir M. Tremblay.

    Malgré tout, des citoyens craignent la présence des Dark Souls à Frampton. Un homme questionné à l’épicerie du village a avoué « ne plus trop savoir quoi penser » quand on lui demande s’il craint pour sa sécurité. D’autres ont carrément refusé de commenter par peur de représailles.

    Le maire se veut tout de même rassurant. « Je ne crains pas pour la sécurité des gens. Souvent, ces gens-là vont agir justement en bon voisin pour ne pas avoir de problème », conclut Jacques Soucy.

    Québec

    Crimes et délits