•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tragédie des Broncos : comment se relever d'un deuil?

Des fleurs et des messages déposés sur les marches de l'aréna Elgar-Petersen à Humboldt.
Des fleurs et des messages en mémoire des victimes déposés sur les marches de l'aréna Elgar-Petersen, à Humboldt. Photo: La Presse canadienne / Liam Richards
Radio-Canada

L'accident entre l'autocar transportant les Broncos de Humboldt et un camion semi-remorque continue de faire réagir autant les victimes et leurs proches que la communauté locale, nationale et internationale. On peut même parler à la fois d'un deuil personnel et collectif, selon la Fransaskoise Francine Proulx-Kenzle.

Un texte de Carl Sincennes

Francine Proulx-Kenzle a elle aussi dû composer avec la mort prématurée de son fils de 28 ans. Elle accompagne depuis plusieurs années des personnes dans leur deuil et offre du soutien psychologique.

Elle explique qu'après le choc initial de la mort d'un proche chaque personne réagit différemment. Certaines personnes ont besoin de se rassembler avec d'autres, d'autres, de s'isoler, et cela peut parfois prendre du temps.

Mais, en fait, « cela ne finit jamais ».

Alors quand ton monde change, tu peux essayer de retourner en arrière, mais en fait, tu ne peux pas. Le deuil fait que tu apprends à vivre dans un nouveau monde.

Francine Proulx-Kenzle

Un deuil commun

D'après elle, un évènement tragique comme celui qui a frappé les Broncos de Humboldt peut toucher chaque personne et faire remonter des souvenirs à la surface.

Selon Francine Proulx-Kenzle, cela permet aussi une certaine prise de conscience sur le fait que « la vie est tellement fragile ».

Afin de se relever, les personnes touchées doivent tenter d'en parler, d'exprimer leurs émotions et « de dépasser cette gêne qu'on peut y avoir ».

J'insiste, on va tous vivre notre deuil, notre perte, d'une différente façon. Il ne faut pas juger comment une personne le vit.

Francine Proulx-Kenzle

Des cérémonies, des gestes importants

Toutes les cérémonies, publiques ou privées, les gestes de solidarité, les funérailles, permettent de comprendre que le monde a changé, selon la mère.

Elle ajoute que c'est une transition, une étape, mais, surtout, une occasion de célébrer la vie des gens qui sont partis, « de savoir qu'on ne les oublie jamais ».

Saskatchewan

Accidents et catastrophes