•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une épicerie de produits locaux s'invite dans un conteneur

Un conteneur à déchets avec un porte, une fenêtre, une enseigne ainsi que des bacs en bois de fruits en avant.
La microépicerie dans un conteneur qui sera installée en ville ressemblera à cette image. Photo: Go Produce

Une entreprise qui livre des produits locaux dans la région de Windsor-Essex, en Ontario, est sur le point d'ouvrir une micro-épicerie dans un conteneur. Le magasin pourrait être situé dans un des quartiers de la ville où l'offre alimentaire est limitée.

Un texte de Colin Côté-Paulette

La compagnie Go Produce fait le lien entre les consommateurs et les producteurs de fruits et légumes du comté d'Essex.

Pour une certaine somme mensuelle, les clients reçoivent des paniers d'aliments frais à la maison.

L'entreprise de Kingsville veut maintenant avoir pignon sur rue, tout en se différenciant des autres épiceries.

« On veut vraiment faire la promotion du recyclage et de la réutilisation. On voulait aussi faire quelque chose d'un peu plus innovant », explique Amy Saba, qui travaille au sein de l'équipe de marketing de Go Produce.

On voyait beaucoup de conteneurs transformés en boutique en Europe et dans le Nord de l'Ontario. On s'est dit que c'était une bonne idée.

Amy Saba, spécialiste en marketing pour Go Produce

Sondage en ligne

La compagnie a effectué un sondage en ligne les dernières semaines pour l'aider à sélectionner l'emplacement de son conteneur.

Plus de 2000 personnes y ont répondu. Le micro-commerce devrait s'installer dans le quartier de Ford City, de Walkerville ou au centre-ville.

Bien que l'emplacement de la première micro-épicerie ait déjà été choisi par Go Produce, la compagnie ne veut par révéler cette information pour le moment.

« La municipalité coopère bien avec nous. [...] Je crois que la Ville essaie d'aider plusieurs secteurs, surtout Ford City et le centre-ville, où il n'y a pas de grande offre alimentaire », soutient Mme Saba.

Succès non assuré

Pour assurer le succès de l'initiative, le doyen de la Faculté de gestion de l'Université Dalhousie et professeur en politique et distribution alimentaire Sylvain Charlebois croit que certains facteurs seront déterminants.

« C'est une stratégie de circuit court qu'on voit souvent dans des centres urbains. Dans le cas de Windsor c'est un marché intéressant parce qu'on n'est pas très loin de l'agriculture de l'Ontario du sud », croit-il.

Bien que l'expert qualifie l'idée d'« intéressante », il croit que les prix des produits devront être compétitifs.

L'établissement devrait ouvrir en mai, lorsque les permis nécessaires de la Ville seront obtenus.

Alimentation