•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre avec le pionnier de la microculture bio-intensive

De nombreuses plantes, qui sont toutes alignées dans une serre, sont photographiées pour que l'on voit qu'elles forment de longs rangs. Au loin, on voit des outils et des personnes vêtues d'un manteau.
La ferme d'Eliot Coleman est devenue un modèle d’agriculture biologique intensive, un type d’agriculture qui consiste à tirer le maximum de rendement sur de petites surfaces. Photo: Radio-Canada / Gilbert Bégin
Radio-Canada

L'Américain Eliot Coleman est l'artisan d'un modèle agricole en plein essor : l'agriculture biologique intensive, une façon de cultiver la terre qui incite des jeunes à faire le saut en agriculture.

Un texte de Gilbert Bégin, de La semaine verte

Dans sa microferme d’Harborside, dans le Maine, Eliot Coleman nous fait entrer dans sa serre d’épinards. À nos pieds, des centaines de plants verdoyants, serrés les uns contre les autres. Pas un centimètre de surface n’est perdu. Le tapis est luxuriant. Nous sommes pourtant en plein cœur de l’hiver.

Le froid condense les sucres. Ce sont probablement les meilleurs épinards qu’on puisse manger.

Eliot Coleman

Sur la terre froide du Maine, le jardinier réussit à faire pousser pas moins de 36 variétés de légumes différents, dont 18 en hiver. Mais ce maître maraîcher offre beaucoup plus que la simple culture de légumes d’hiver.

Un homme âgé regarde des plantes au sol. Certaines sont couvertes d'un drap, d'autres sont à découvert. Eliot Coleman regarde les plantations dans sa microferme d’Harborside, au Maine. Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

Chaque année, Eliot Coleman prouve qu’une petite ferme peut être rentable et atteindre de hauts rendements, sans engrais ni pesticides.

Sa ferme est devenue un modèle d’agriculture biologique intensive, un type d’agriculture qui consiste à tirer le maximum de rendement sur de petites surfaces. Le bio-intensif se caractérise également par une utilisation réduite de la machinerie, une solution qui contribue à diminuer l’endettement des agriculteurs.

Son lopin de terre fait vivre deux familles, ce qui constitue un exploit quand on sait que ce maître maraîcher cultive ses légumes sur une surface d’un seul hectare.

Des serres vues des airs, alors qu'il y a beaucoup de neiges au sol. Une forêt de conifères semble entourer les serres.La microferme d'Eliot Coleman se trouve à Harborside, au Maine. Photo : Radio-Canada

Le reportage de Gilbert Bégin et Jean-François Michaud a été présenté à La semaine verte, à ICI Radio-Canada Télé.

Tout miser sur le sol

Pour soutenir une telle performance, M. Coleman voue un véritable culte à son principal allié : le sol.

Par exemple, les planches de cultures qu’il bichonne sont interdites de passage, par peur de compacter le sol et d’affecter la vie microbienne qui y pullule. Il fertilise également ses sols aussi souvent que possible avec des engrais organiques.

Je préfère nourrir le sol, plutôt que de nourrir la plante comme le propose l’industrie avec ses engrais chimiques.

Eliot Coleman

Et ses légumes le lui rendent bien. Ils sont si vigoureux que M. Coleman n’a jamais eu recours aux pesticides pour repousser les envahisseurs.

S’inspirer du passé

En plus de porter une attention particulière au sol, Eliot Coleman maximise chaque centimètre carré de sa minuscule terre. Il plante en rang serré et favorise une rotation rapide de ses légumes. Dans ce modèle ultra productif, rien n’est laissé au hasard.

Mais le jardinier avoue qu’il n’a rien inventé des techniques de l'agriculture biologique intensive. Il les a plutôt modernisées.

C’est lors d’un voyage en France dans les années 1970 que le maraîcher est mis en présence des techniques agricoles utilisées par les jardiniers parisiens du 19e siècle.

« Nos anciens possédaient déjà un grand savoir. Ils maîtrisaient la rotation des légumes, utilisaient des engrais et les couches chaudes pour protéger leurs cultures du froid. Leur modèle frôlait la perfection; j’ai voulu l’adapter ici en Amérique », explique-t-il.

Séduire les chefs

Mais le modèle Coleman ne s’arrête pas qu’aux modes de culture. Pour maximiser les revenus de sa petite ferme, il coupe les intermédiaires. Il privilégie la vente directe de ses légumes à la ferme et dans les marchés fermiers.

Au fil des années, Eliot Coleman a aussi fait des chefs ses principaux alliés.

Une assiette sur laquelle des légumes sont posés. On peut notamment voir un radis, parmi les nombreuses feuilles. Les chefs aident les maraîchers à améliorer leurs produits. Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

« Les chefs ont de bonnes papilles. Ils peuvent par exemple différencier la saveur d’un basilic récolté hâtivement ou encore dans les derniers stades de croissance. Ils aident les maraîchers à travailler dans la bonne direction  », souligne le jardinier.

Des jeunes inspirés par le modèle

Auteur à succès et vulgarisateur hors pair, l’Américain a publié jusqu’ici trois livres sur les rudiments de l’agriculture biologique intensive. Ses ouvrages font maintenant école un peu partout en Amérique et en Europe.

Au Québec, bon nombre de petits maraîchers qui fournissent des paniers biologiques à leur communauté s’inspirent des techniques de l’agriculture biologique intensive.

Un homme âgé portant des lunettes, mais qui a aussi une autre paire accrochée à sa veste, lit des papiers.L'Américain Eliot Coleman est l'artisan d'un modèle agricole en plein essor : l'agriculture biologique intensive. Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

Des jeunes d’un peu partout séjournent aussi dans sa ferme pour apprendre les rudiments de la méthode Coleman.

« Il est très présent à nos côtés. Il nous montre le chemin à suivre pour qu’on puisse créer nos propres fermes. C’est un homme de caractère, mais dont la générosité est sans limites », affirme Baptiste Saulnier, maraîcher français.

En 50 ans de carrière, Eliot Coleman a fait plus qu’améliorer les techniques de maraîchage biologique. Sa ferme d’Harborside propose une véritable solution de rechange au modèle dominant d’une agriculture à grande échelle.

L’homme aura finalement réussi à démonter qu’il est possible de bien vivre de l’agriculture sans s’endetter.

L'origine de l'agriculture biologique intensive

C’est aux maraîchers parisiens du 19e siècle que l’on doit les préceptes de l’agriculture biologique intensive.

À cette époque, la population de Paris explose. La ville se développe et les terres disponibles pour cultiver se font rares. Les maraîchers doivent alors produire des aliments en grande quantité sur de petites surfaces. Un défi de taille.

Ils vont alors semer en rang serré et alterner les légumes en tenant compte de leur temps de croissance. Quand les laitues arrivent à maturité, par exemple, les pousses de carottes viennent de sortir de terre. Ils profitent de la lumière et de l’espace pour achever leur croissance.

Pour fertiliser le sol, les maraîchers parisiens utilisent du fumier de cheval, une matière disponible en abondance à cette époque.

Quant à la chute des températures, pour la contrer, les maraîchers utilisent des châssis de bois et des cloches de verre pour recouvrir les plants.

Au sommet de leur art, ces jardiniers produiront huit récoltes par année. Mais avec la disparition de l’agriculture dans la région parisienne, ce savoir se perdra peu à peu.

Science