•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien haut conseiller libéral condamné à quatre mois de prison

Photo de David Livingston portant un manteau noir qui  tient sa femme par le bras.

David Livingston à son arrivée en cour à Toronto en compagnie de sa femme, le 11 avril.

Photo : Radio-Canada / Katherine Brulotte

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un haut conseiller de l'ancien premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, a été condamné mercredi à quatre mois de prison pour son rôle dans le scandale des centrales d'électricité au gaz naturel.

David Livingston, chef de cabinet de M. McGuinty de 2012 à 2013, a également été condamné à une période de probation de 12 mois et à 100 heures de service communautaire.

Il avait été reconnu coupable en janvier dernier d'utilisation illégale de matériel informatique et de tentative de méfait. Cette dernière accusation a cependant été suspendue en février.

L'adjointe de M. Livingston à l'époque, Laura Miller, a été acquittée des mêmes accusations.

La Couronne a plaidé en faveur d'une peine d'emprisonnement de six mois pour M. Livingston, alors que sa défense avait demandé une libération conditionnelle, et par conséquent, que M. Livingston n’ait pas de casier judiciaire suite à cette affaire.

M. Livingston faisait partie d'un complot visant à supprimer des dossiers potentiellement embarrassants liés à la décision du gouvernement d'annuler les centrales au gaz avant les élections de 2011 en Ontario.

Le juge Timothy Lipson a déclaré lors de la détermination de la peine qu'il était d'accord avec l'affirmation de la Couronne que M. Livingston tentait de s'immiscer dans le processus démocratique et que « l'incarcération est nécessaire » étant donnée la nature de son infraction.

L’avocat de David Livingston, Brian Gover, a déclaré à l’extérieur de la cour que son client en appellerait du verdict et de la peine imposée.

En fin de journée mercredi, M. Livingston a été libéré sous caution, en attendant l’audition de l’appel.

Avec les informations de CBC News, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !