•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sentiment d’insécurité règne à Powerview-Pine Falls

Une femme blonde parle dans une cuisine.
Courtney Martin, qui a grandi à Pine Falls, a organisé une réunion le 8 avril pour tenter de trouver une réponse au sentiment d'insécurité dans la communauté. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Exaspérés par ce qu'ils qualifient de situation de crise, les habitants de Powerview-Pine Falls, au Manitoba, s'organisent pour contrer ce qui semble être une hausse de la criminalité. À la suite d'une réunion le 8 avril, ils tenteront de mettre de la pression sur la province pour obtenir davantage d'aide.

« Je suis venue de Californie pour rendre visite à mes parents le week-end de Pâques, et j’étais à leurs côtés quand ils ont découvert que leur maison avait été saccagée. Leurs possessions [avaient aussi] disparu, et leur VUS neuf avait été volé », s’indigne Courtney Martin, qui a grandi à Pine Falls.

La chose qui m’a vraiment effrayée, c’était de retrouver les couteaux de cuisine disséminés à travers la maison. Des objets peuvent être remplacés, mais [pas] les vies humaines.

Courtney Martin

Elle a donc décidé d’agir en organisant la réunion du 8 avril. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Powerview-Pine Falls, des représentants du village et de l’hôpital, ainsi que des habitants étaient présents pour parler de la criminalité dans leur communauté.

« Nous ne serons plus des cibles faciles, on va faire des gestes concrets pour changer cette situation. Tous les regards sont maintenant portés sur eux [les personnes responsables de crimes] », lance-t-elle, en soulignant que les résidents honnêtes ont l’avantage du nombre.

Les résidents de Powerview-Pine Falls cherchent donc à mettre de la pression sur la province et le gouvernement fédéral afin d’obtenir plus de ressources pour la police, ainsi que pour le traitement des dépendances et les jeunes à risque.

Pour Mme Martin, c’est une hausse de l’utilisation de méthamphétamines qui a provoqué la « situation de crise » à Pine Falls. « Il y a toujours eu de la délinquance à Pine Falls, mais la différence, c’est qu’on se retrouve face à de la méthamphétamine, c’est un autre niveau d'activité dangereuse. »

Fermeture de l’usine Tembec

Gail Farmer habite le village de Saint-Georges, à côté de Pine Falls. Elle croit que le déclin économique de la région est à l’origine de changements qui inquiètent les résidents.

Une femme est assise dans une chaise avec une tuque et un petit chien dans les bras. Les mesures de confinement en vigueur à l'hôpital de Pine Falls empêchent Gail Farmer de rendre visite à son beau-père, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui a 96 ans. Photo : Radio-Canada

« La sécurité des communautés de la région est en tourmente. Je pense que, depuis qu’ils ont fermé l’usine [...] qu’il n’y a plus beaucoup d’activité dans le village, il n’y a plus de travailleurs qui font le va-et-vient de l’usine à toute heure », dit-elle.

La cessation des activités de l'usine à papier Tembec à Pine Falls, en 2009, a touché toute l'économie de la région. Quelque 600 emplois directs et indirects dépendaient de Tembec.

« Je verrouille désormais les portes de la maison et de la voiture, et je suis mal à l’aise quand mon mari n’est pas à la maison », affirme Mme Farmer, qui tient à souligner que la réunion de la communauté le 8 avril lui a donné de l’espoir.

C’est aussi avec espoir que la mairesse de Powerview-Pine Falls, Bev Dubé, réagit au sentiment d'insécurité de sa communauté. « Je suis persuadée que la communauté travaillera ensemble pour obtenir des résultats positifs dans cette bataille contre les problèmes liés à la drogue et au crime, auxquels font aussi face bien d’autres communautés », dit-elle.

Avec des informations de Rémi Authier

Manitoba

Crimes et délits