•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une tour de télécommunications controversée à Sept-Îles

La maison de Steve Jomphe avec la tour sur le toit

Selon Steve Jomphe, la tour pèse environ 90 kilogrammes.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

La Ville de Sept-Îles force un résident du parc Ferland à démanteler une tour de télécommunication appartenant à Babish Télécom, tour qu'il a installée sur son toit. Alors que la structure est jugée non réglementaire par la Municipalité, Babish Télécom estime que des droits fédéraux la rendent conforme.

Un texte de Laurence Royer

En novembre, Steve Jomphe a conclu une entente avec Babish Télécom. Il a autorisé l'entreprise innue à ériger une tour sur le toit de sa résidence pour permettre à l’entreprise d'installer des antennes en vue d'étendre ses services de téléphonie et d’internet sur le territoire.

Quelques jours plus tard, la Ville lui a demandé de désinstaller la tour d’une hauteur d’environ 12 mètres, ce qu'il n'a pas fait. Depuis, il reçoit 400 $ d’amende par jour.

Steve Jomphe estime toutefois que la tour est légale. Il ajoute qu’il serait compliqué de la démanteler puisque des résidents du parc Ferland reçoivent déjà les services de Babish Télécom grâce aux antennes qui s'y trouvent.

La tour s'élève à environ 17 mètres au-dessus du sol.

La tour s'élève à environ 17 mètres au-dessus du sol.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Juridiction fédérale?

Steve Jomphe est d’avis que la tour est assujettie à la réglementation du gouvernement fédéral. « Les communications, c’est fédéral. Le CRTC qui gère ou qui réglemente les communications, c’est fédéral. Moi je suis radioamateur, c’est fédéral. Les entreprises autochtones, c’est de juridiction fédérale. Ça veut dire que le municipal n’a pas beaucoup à voir à travers ça. »

Steve Jomphe

Steve Jomphe habite au parc Ferland à Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le propriétaire de Babish Télécom, Yan Basile, ajoute que des droits autochtones rendent cette tour conforme.

Quand je dis qu'on est légaux, c'est qu'on respecte la loi provinciale, fédérale et même les lois internationales. On parle d'une affirmation du droit des Innus.

Yan Basile, propriétaire de Babish Télécom

Un règlement d'Industrie Canada stipule qu'un promoteur doit informer et consulter les autorités ainsi que la population locale avant l'installation d'une nouvelle antenne.

Extrait du règlement : « les entreprises de télécommunication, les opérateurs d’une entreprise de radiodiffusion et de tiers propriétaires de pylônes doivent informer et consulter la population locale lors de la proposition du nouveau pylône d’antenne ».

Le voisin de Steve Jomphe, Lionel Morneau, affirme ne pas avoir été consulté. Il a déposé une plainte à la Municipalité.

La tour peut tomber au vent. Ce n’est pas solide, c’est une affaire de broche à foin.

Lionel Morneau, voisin de Steve Jomphe
Le voisin de Steve Jomphe, Lionel Morneau

Le voisin de Steve Jomphe, Lionel Morneau

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, déplore que ni Steve Jomphe ni l'entreprise n'aient consulté la Municipalité avant d'ériger la tour. Selon lui, ils auraient préalablement dû présenter leur projet à l’administration municipale pour déterminer si l’installation de la tour était réglementaire. « Il y a des façons de faire, il y a des endroits où on peut le faire, mais il faut se parler préalablement », explique Réjean Porlier.

Vocation commerciale

Réjean Porlier ajoute que Babish Télécom doit se conformer aux mêmes règlements que les autres entreprises qui ont les mêmes activités commerciales. « Les compétiteurs de Babish qui vont nous demander s'ils peuvent s'installer n'importe où, la réponse va être non », affirme le maire.

Yan Basile rétorque que la Municipalité favorise ainsi la grande entreprise. « Le maire s'était positionné comme étant le maire du rapprochement avec les Autochtones, dit-il. Ce que je vois pour l'instant, c'est une négation complète des droits autochtones. »

Le maire de Sept-Îles se dit toutefois ouvert à discuter avec Babish Télécom afin de trouver une solution pour que l’entreprise puisse offrir ses services aux résidents du parc Ferland.

Côte-Nord

Société